Huffpost Maroc mg

Une journée de l'Aïd El Kebir à Rabat

Publication: Mis à jour:
Imprimer
AÏD - Rabat, dans le quartier Hassan. Une agitation habituelle s'est emparée des toits où le seul mouvement qui y est visible d'habitude est celui du linge en train de sécher. Des familles entière sont réunies afin de procéder au sacrifice de l'Aïd El Kebir. Et un peu partout dans le quartier se font entendre les bêlements des moutons qui vont bientôt être tués. Le cri des animaux est amplifié par le silence qui règne dans Rabat, la capitale marocaine baignant dans un calme propre à une journée de fête.

Petit à petit, les moutons se font de moins en moins entendre, et on voit apparaître des peaux de bêtes sur les étendoirs à linge.

aid

Après avoir passé plus de deux heures à s'occuper de leur mouton, deux hommes laissent la carcasse de l'animal accrochée dans l'encablure d'une porte pour qu'elle sèche au soleil avant d'aller tout de suite aider leurs voisins du dessous à dépecer leur propre animal.

aid

Rapidement, une odeur de fumée envahit l'air ambiant. Elle vient de la rue, des toits et de l'entrées des immeubles, laissées grandes ouvertes afin de les aérer au maximum. Pendant que les familles sont encore à table, les enfants font le tour des habitations et récupèrent des têtes de moutons qu'ils rendront plus tard.

tetes

Ces mêmes têtes se retrouvent sur un grill improvisé posé à même le sol au coin d'une rue. Des jeunes discutent en retournant de temps en temps les têtes. Dans un coin, quelques gosses d'amusent à se lancer les cornes d'animaux laissées de côté par les plus grands.

cornes

Tout au long de l'après-midi, l'odeur de brulé s'estompe et l'activité reprend peu à peu. Les terrasses de café commencent à se remplir et les boutiques de cigarettes ouvrent leurs portes, pour le plus grand bonheur des têtes en l'air qui avaient oublié de faire leurs provisions de tabac. Chacun tente de s'occuper à sa manière avant l'arrivée du repas du soir, pour un dîner qui s'annonce tout aussi copieux.

LIRE AUSSI:

Suggérer une correction