Huffpost Maroc mg

Après les Jeux paralympiques de Rio, l'athlète Marieke Vervoort envisage l'euthanasie

Publication: Mis à jour:
MARIEKE VERVOORT
AFP
Imprimer

JEUX PARALYMPIQUES - A 37 ans, le sport est la "seule raison de vivre" de cette athlète handisport qui participe aux Jeux paralympiques de Rio. Cette compétition sera sûrement la dernière de Marieke Vervoort. Après sa participation au 100 mètres et au 400 mètres, cette Belge envisage l'euthanasie.

Cette athlète handisport est atteinte d'une maladie orpheline. Celle-ci, en plus de lui paralyser les jambes, lui cause des douleurs atroces. C'est ce qu'elle expliquait aux caméras de France 2, et c'est pourquoi elle souhaite l'euthanasie, qui est légale dans son pays.

"Tout le monde me voit heureuse avec la médaille d’or mais ils ne voient pas le côté sombre. Je peux souffrir énormément, dormir parfois seulement 10 minutes par nuit et tout de même aller chercher l’or", confie-t-elle à France 2 avant son départ aux JO de Rio.

Marieke Vervoort a toujours été sportive. Avant que ses jambes ne soient paralysées, elle faisait du triathlon. Lorsqu'elle s'est reconvertie au sprint en fauteuil, elle a rapidement connu le succès. Elle a notamment remportée la médaille d'or aux 100 mètres de JO de Londres en 2012 et la médaille d'argent au 200 mètres. L'athlète a également été sacrée championne du monde l'an dernier au Qatar sur les 100, 200 et 400 mètres.

marieke vervoort
Marieke Vervoort après sa victoire au 200 mètres au Qatar - AFP

Malgré tout, les JO de Rio seront la dernière compétition de celle qu'on surnomme "Wielemie" en Belgique (en français, cela signifie "la roue et moi"). "J’arrêterai ma carrière après Rio. Après, nous verrons bien ce que la vie m’apportera et j’essayerai de profiter des meilleurs moments", a-t-elle déclaré à L'Avenir. "Je commence à penser à l’euthanasie. Malgré ma maladie, j’ai pu vivre des choses dont les autres ne peuvent que rêver".

En attendant, elle continue de rêver, et de croire, à une médaille olympique. "Il y a une chance de médaille, mais ce sera très dur, car la concurrence est très forte", indique-t-elle à RTL.be.

"Rio est mon dernier souhait", affirme Wielemie à France 2. "Je m’entraîne très dur même si je dois lutter jour et nuit contre ma maladie. Sur mon fauteuil, mes frustrations s’en vont. J’espère finir ma carrière sur un podium à Rio."

Marieke Vervoort participe au 400 mètres ce samedi 10 septembre ainsi qu'au 100 mètres le 17 septembre.

LIRE AUSSI:

Close
Les premiers Jeux olympiques modernes - Athènes, 1896
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée