Huffpost Tunisie mg

Cri de colère d'un citoyen de Fernana: Ici les enfants ne peuvent même pas boire de l'eau

Publication: Mis à jour:
FERNANA
capture écran
Imprimer

La ville de Fernana à Jendouba est complètement paralysée par des tensions qui ont éclaté mercredi 7 septembre, après l'immolation par le feu du propriétaire d'un café de la région et ce, suite à un différend avec les services municipaux, a rapporté Mosaique Fm.

Dans un reportage réalisé par la chaîne Attassia, un citoyen déplore la situation précaire dans laquelle se trouvent les habitants de la ville. Il pointe du doigt les autorités et dénonce la corruption qui sévit dans l'hôpital, la poste, la délégation et autres institutions.

"Aucun responsable ne nous a rendu visite, la région est marginalisée et l'Etat est quasiment absent. Nous n'avons même pas de poste de police digne de ce nom, il n'y a que trois agents dans un poste frontalier" lance le citoyen interrogé par le correspondant de la chaîne.

Manque d'eau potable

Ce même citoyen s'est insurgé quant au manque d'eau potable dans la région en affirmant que les coupures d'eau y sont très fréquentes. "Comment parler de développement si les enfants ici, n'ont même pas de quoi boire" a-t-il déclaré.

Il a précisé que l'eau potable connait des coupures tous les deux trois jours ou parfois toutes les semaines.

Et au jeune d'ajouter; "Nous continuerons à protester et à bloquer les routes jusqu'à ce qu'une délégation ministérielle vienne nous voir ici à Fernana"

Vendredi 9 septembre, les habitants de la région, ont bloqué la route nationale numéro 17 reliant Jendouba à Tabarka, a rapporté TAP.

Pour rappel, en colère, les habitants ont appelé à une grève générale pour réclamer le départ de certains responsables. Mercredi 7 septembre, commerces et administrations ont fermé leurs portes et seulement les pharmacies, les boulangeries et l’hôpital local étaient ouverts.

Par ailleurs, ces derniers ont appelé le gouvernement Chahed à ouvrir une enquête pour définir les circonstances exactes de l'immolation par le feu de Wissem.

"Le nouveau chef du gouvernement a encouragé les citoyens à dénoncer la corruption. Nous voulons que cela soit appliqué" lance un citoyen à la chaîne TNN lors d'un reportage.

A rappeler que Wissem Boussaïdi, le jeune de Fernana qui s'est immolé par le feu a été brûlé au 3ème degré. Il a été transporté à l’hôpital régional de Jendouba avant d’être transféré, jeudi au Centre de traumatologie et des grands brûlés à Ben Arous, au sud de Tunis, a rapporté Kapitalis.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.