Huffpost Maroc mg

Lutte anti-terroriste: Un accord entre le Maroc et Europol bientôt signé

Publication: Mis à jour:
AVRAMOPOULOS HASSAD
Lutte anti-terroriste: Un accord entre le Maroc et Europol bientôt signé | Twitter/DimitrisAvramopoulos
Imprimer

SÉCURITÉ - C'est l'une des grandes annonces faites par Mohamed Hassad à l'occasion de son passage mercredi 7 septembre à Bruxelles. Le ministre de l'Intérieur, qui s'est entretenu avec le commissaire européen aux affaires intérieures et à la migration, Dimitris Avramopoulos, a déclaré à la MAP qu'ils avaient évoqué la signature prochaine d'un accord global de coopération en matière sécuritaire avec Europol, sans donner plus de détails.

Un accord qui intervient dans un contexte particulier d'augmentation de la menace terroriste et de virage sécuritaire pris par la plupart des pays européens et nord-africains, ciblés par l'organisation terroriste Daech. Mohamed Hassad a ainsi affirmé que le commissaire européen avait fait part de la volonté de l’Union européenne de renforcer sa coopération avec le Maroc.

Faciliter l'échange de renseignements

"Le Maroc est un partenaire important pour l’Europe dans le domaine sécuritaire dans un contexte régional et international marqué par la recrudescence du terrorisme et la montée de l’extrémisme", a déclaré Dimitris Avramopoulos.

Cette annonce fait suite à la visite de représentants d'Europol fin novembre 2015 à Rabat, et à celle du coordinateur de l’Union européenne (UE) pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, au mois de janvier.

Alors que le Maroc multiplie le renforcement des accords bilatéraux en matière sécuritaire avec plusieurs pays européens comme l'Espagne, la France ou la Belgique, la signature de cet accord avec Europol, office basé à La Haye qui vise à faciliter l'échange de renseignements entre les polices nationales européennes, notamment en matière de terrorisme, pourrait marquer une nouvelle étape dans la coopération entre le Maroc et l'UE.

"Le terrorisme ne s'arrête pas aux frontières de l'UE"

En 2008, Bruxelles avait en effet accordé à Rabat un "statut avancé" au sein de l'Union européenne, qui prévoyait, entre autres, de permettre au Maroc de participer à plusieurs agences européennes telles qu'Europol.

Celle-ci prévoit des initiatives de coopération avec des pays non membres de l'UE ou des organisation internationales "parce que la criminalité et le terrorisme international ne s'arrêtent pas aux frontières de l'UE", peut-on lire sur le site d'Europol. La nature de ces accords de coopération peut varier, allant de la coopération opérationnelle, dont l'échange de données à caractère personnel, à la coopération technique ou stratégique.

Plusieurs pays tels que l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine, l'Australie, la Russie, le Canada, la Turquie, la Colombie, l'Ukraine, la Macédoine, l'Islande, la Moldavie, le Monténégro, la Norvège, la Serbie, la Suisse, le Liechtenstein, Monaco et les Etats-Unis ont déjà conclu des accords de coopération opérationnelle ou stratégique avec Europol.

LIRE AUSSI: Démantèlement d'une cellule terroriste qui voulait commettre des attentats à Oujda, Saïdia et Fès