Huffpost Maroc mg

Un ingénieur marocain invente une urne automatique

Publication: Mis à jour:
VOTE MAROC
Un ingénieur marocain invente une urne automatique | AFP
Imprimer

TECHNOLOGIE- Et si dans un futur proche, en vous rendant au bureau de vote, vous tombiez non pas sur les traditionnelles urnes et bulletins de vote, mais sur un guichet automatique?

C’est en tout cas le projet d’Anis Karama, ingénieur diplômé de l’Université Hassan 1er et de la faculté des sciences et techniques de Settat, inventeur à ses heures perdues. Ce dernier a développé un prototype de guichet électronique censé faciliter le processus de vote.

Un "guichet de vote"

"C’est le même principe que celui d’un guichet automatique, comme ceux des banques ou ceux utilisés pour l’achat des tickets de Tramway", explique Anis Karama au HuffPost Maroc.

Mais au lieu d'une carte bancaire, vous insérez votre carte d'identité nationale, et à la place d’un code, vous mettrez votre emprunte digitale. Ainsi, le guichet pourra authentifier que le propriétaire de la CIN est bien la même personne que celle qui s'apprête à voter. Enfin il ne reste plus qu'à voter en appuyant sur la touche représentant le logo du parti de votre choix (lampe, tracteur, balance, cheval, gazelle, abeille, chameau, théière, etc.).

Si la phase de conception du projet est actuellement en stand by, le jeune inventeur assure qu’une reprise du projet serait relativement rapide.

Des résultats en temps réel

Pour les autorités et les partis politiques, cette invention a aussi l’avantage majeur de donner les résultats des élections en temps réels, sans attendre jusqu'au milieu de la nuit ou le lendemain pour connaître l’échéance d’une élection.

Mais ne vous attendez pas à voir ces guichets dans les bureaux de vote le 7 octobre prochain, quand vous irez voter aux élections législatives -- si vous avez prévu de le faire.

En effet, les autorités ne se sont pas encore manifestées pour discuter avec l'ingénieur sur ce projet. "Même s’ils se manifestent dans les prochains jours, ce serait déjà trop tard. Enregistrer les bases de données liées aux élections prendra trop de temps", avoue Anis Karama. "Mais pour une future élection, pourquoi pas?"

LIRE AUSSI: