Huffpost Tunisie mg

L'imamat des femmes, un débat en Occident et ailleurs

Publication: Mis à jour:
AMINA WADUD
Amina Wadud, a professor of Islamic studies at Virginia Commonwealth University, right, leads prayer in New York Friday, March 18, 2005. Wadud lead a mixed-gender Muslim service Friday at Synod House at the Cathedral of St. John the Divine, an Anglican church in Manhattan, New York. (AP Photo/Gregory Bull) | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

RELIGION- Confinées dans un coin de la mosquée, en étage ou dans une partie de "la salle des hommes", généralement un espace exigu, les femmes voulant prier dans les mosquées sont exclues des hommes.

Alors une femme imam, pour les adeptes de cette logique est une aberration. En témoigne, le reportage de la chaîne DW Arabic qui a réalisé un micro-trottoir pour interroger les Tunisiens sur cette question.

Les réponses ont été négatives en majorité, arguant que l'Islam interdit la mixité ou encore que la voix de la femme est une indécence (awra en arabe). Seule un témoignage a avancé qu'il ne devrait pas y avoir de discrimination entre les hommes et les femmes pour louer Dieu.

Un débat, purement occidental?

La question de l'imamat des femmes est un débat à polémique en Occident qui s'est propagé dans les pays musulmans. Là-bas des femmes musulmanes ont osé défier les dogmes et briser les interdits. Elles s'appellent Shérin Khakan, Saliha Fetteh, Amina Wadud, Jasmina El-Sonbati, Elham Manea.

Dans une déclaration au journal suisse La Tribune, la Berlinoise Elham Manea se dit étonnée de l'ampleur de la polémique qui agite les médias des pays arabes.

"Mais j'ai aussi été étonnée de voir combien de messages de soutien nous avons reçus. Des femmes nous ont écrit du Yémen en guerre! En Egypte, j'ai moi-même pu constater que beaucoup de musulmanes veulent du changement, mais n'osent pas le dire publiquement', ajoute-t-elle.

Au Hadith rapporté du prophète qui aurait maudit un peuple gouverné par une femme, la Berlinoise rétorque: "Les juristes - des hommes! - brandissent une citation prêtée au Prophète: Un peuple qui confie le pouvoir à une femme ne prospérera jamais. Une citation dont ils jugent pourtant l'authenticité peu fiable". Et d'ajouter: " Les féministes avancent d'autres citations ou rappellent que la femme du Prophète prêchait. Par ailleurs, à la grande mosquée de La Mecque, il n'y a pas de séparation entre hommes et femmes!".

Si Elham Manea puise ses arguments sur le terrain théologique. Afra Jabali, qui a prononcé un prêche de Aid El Idha en 2014 au Canada répond sur un registre différent. Selon elle, l'imamat est un acte rationnel et intellectuel qui demande un profil déterminé. Parfois, ces conditions ne sont pas requises chez les hommes.

"La prière est une obligation religieuse aussi bien pour les hommes que pour les femmes, une dévotion. L'imam est un guide spirituel qu'il soit homme ou femme", explique-t-elle.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Les pires pays arabes pour les femmes
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction