Huffpost Maroc mg

Belgique: Un nouveau fait divers qui risque de stigmatiser davantage les Marocains de Molenbeek

Publication: Mis à jour:
Imprimer

FAIT DIVERS - C'est un nouveau fait divers qui risque de stigmatiser davantage les Marocains de Molenbeek, qui disent être l'objet d'amalgames depuis les attentats de novembre 2015 à Paris lors desquels les principaux auteurs étaient originaires de ce quartier de Bruxelles.

Mercredi dans l'après-midi, deux inspecteurs de police ont été poignardés à Molenbeek-Saint-Jean, en Belgique, à l'aide d'un couteau. Le principal suspect est un ressortissant marocain âgé de 24 ans, en séjour illégal en Belgique, rapporte la presse locale ce jeudi.

L'homme, dont les initiales correspondent à M.Z, a reçu à plusieurs reprises un ordre de quitter le territoire. Son nom est déjà connu de la justice pour des délits de "vols simples et des vols à l’étalage mais pas dans des dossiers de terrorisme", a fait savoir la police.

Son audition par la police était toujours en cours mercredi soir, a indiqué le parquet de Bruxelles.

L'incident a eu lieu vers 14h45 (heure locale) dans le parc Bonnevie, à Molenbeek-Saint-Jean. Une passante a alerté la police concernant un homme qui se baladait dans le parc avec un couteau. Les policiers sont donc allés le trouver pour lui parler.

"Sans un mot", le suspect les aurait aussitôt agressés avec un couteau de cuisine. Un des inspecteurs a reçu sept coups de couteau dans le ventre, mais n'a pas été blessé grâce au gilet pare-balles qu'il portait. Idem pour son collègue, qui a également reçu un coup de couteau, mais qui n'a pas été touché grâce au gilet.

Après l'incident, l'agresseur a tenté de prendre la fuite, en vain. Il a rapidement été interpellé par une autre patrouille de la police.

Après les attentats de novembre à Paris, les habitants de Molenbeek ont été nombreux à dénoncer la stigmatisation de leur commune. En cause, plusieurs des arrestations qui ont suivi le drame ont eu lieu dans cette partie de la région bruxelloise. Elle était même considérée comme étant "la base arrière des terroristes" selon plusieurs médias.

Pour éviter une telle stigmatisation, l'église Saint Jean-Baptiste de Molenbeek a accueilli durant le ramadan des musulmans pour un ftour géant. Au total, cette initiative avait attiré environ 600 personnes de diverses confessions, toutes invitées par le curé de l'église, le père Aurélien Saniko.

LIRE AUSSI: