Huffpost Algeria mg

"Vote Off" de Fayçal Hammoum "porte atteinte aux symboles de l'Etat", estime le ministère de la Culture

Publication: Mis à jour:
VOTE OFF
Facebook
Imprimer

Le documentaire "Vote Off", réalisé par Fayçal Hammoum sur l'élection présidentielle d'avril 2014, a été interdit de projection aux Rencontres cinématographiques de Béjaïa car ce film "comporte des contenus portant atteinte aux symboles de l’Etat et de sa Souveraineté", a expliqué ce mercredi 7 juillet le ministère de la Culture, dans un communiqué publié sur son site Internet.

Le ministère, sous la tutelle de Azzedine Mihoubi, réagissait "en réponse aux déclarations de Fayçal Hammoum sur la non programmation de son film" aux Rencontres de Béjaïa. Le réalisateur dénonçait hier, dans une lettre publiée sur sa page Facebook, une "censure" de son documentaire, se disant "triste" et "indigné" de cette interdiction.

LIRE AUSSI: Fayçal Hammoum, réalisateur du film interdit de projection à Béjaïa,"Vote off", dénonce "une censure"

Sans préciser "le symbole de l'Etat" atteint et sans détailler la nature du contenu mis en faute, le ministère a d'abord tenu à préciser que "le Ministre n'est à aucun moment intervenu dans la programmation de ce film". Le communiqué a expliqué que la décision d'interdire "Vote Off" "relève des compétences et attributions exclusives de la commission de visionnage, seule habilitée à fournir des autorisations de tournage et de projection".

Le ministère de la Culture a ensuite souligné que "cette commission a délibéré favorablement sur 23 films" sauf "Vote Off", car celui-ci "comporte des contenus portant atteinte aux symboles de l’Etat et de sa Souveraineté".

Mardi soir, Fayçal Hammoum criait son ras le bol du "bras de fer" avec les "autorités suprêmes de la Culture", se disant "triste" et "indigné" de l'interdiction de son film.

Programmé pour jeudi 8 septembre à 17H, le film de M. Hammoum, produit par Thala Films, n'a pas obtenu une autorisation de projection, contrairement à tous les autres films programmés.

"Contrainte par la loi n° 11-03 du 17 février 2011 relative à la cinématographie, décret 13-276. L’association Project’heurts se voit dans l’obligation d’annuler la projection du film", avait regretté l'association organisatrice, Project'heurts, dans un communiqué.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.