Huffpost Maroc mg

Une loi-cadre pour la réforme du système éducatif soumise au Conseil supérieur de l'éducation

Publication: Mis à jour:
AZZIMAN
dr
Imprimer

ÉDUCATION - Le Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique a tenu, ce mardi 6 septembre à Rabat, une session extraordinaire consacrée à la mise en place d’une commission ad-hoc pour l’élaboration du projet d’avis de la loi-cadre relative à la réforme du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique.

L’élaboration de ce projet d’avis intervient dans le cadre d’une demande d’avis relative à cette question émanant du chef du gouvernement reçue par le conseil. Contactée par le HuffPost Maroc, la députée PJD Amina Ma' El Aïnin, par ailleurs membre du conseil, nous informe que la session tenue aujourd'hui était destinée à la mise en place de la commission qui se chargera de l'examen du projet de loi-cadre.

Cette commission sera composée des six présidents des commissions permanentes, ainsi que du président du Conseil Omar Azziman. L'objectif étant de mettre place un cadre législatif garantissant la continuité de la vision 2030, programme censé créer un système d'éducation plus équitable et plus efficace.

La mise en place de cette commission coïncide avec la publication par l'Unesco d'un rapport alarmant sur l'éducation au Maroc, selon lequel le royaume n’atteindra ses objectifs que dans un siècle.

"Un grand moment pour le royaume", selon Azziman

Il s’agit "d’un grand moment" pour le royaume, parce que "depuis l’indépendance, nous n’avons pas réussi à nous entendre sur les grandes orientations, les grands principes et les grands choix devant régir notre système éducatif", a souligné Omar Azziman, rapporte la MAP. "Cet handicap a incontestablement hypothéqué l'évolution du système éducatif et exposé l'école marocaine aux caprices des contingences et des changements qu'il a qualifiés d''intempestifs'", a-t-il ajouté.

Azziman a, en outre, rappelé que malgré le moment de consensus et de concorde incarné par l’adoption de la Charte nationale, "le moment que nous vivons aujourd'hui est bien plus fort, bien plus marquant et bien plus décisif", parce qu’il s’agit, selon lui, "de graver les principes directeurs de la réforme dans le marbre d’une loi-cadre relative au système d’éducation, de formation et de recherche scientifique qui deviendra l’expression suprême de la volonté nationale qui, à ce titre, s’imposera à tous et sera opposable à tous".

"Une coopération exemplaire avec le gouvernement"

L'universitaire et conseiller royal s'est félicité de "la collaboration intelligente et exemplaire du gouvernement qui a, selon lui, depuis le début du processus, honoré sa part du contrat en contribuant à dessiner la physionomie de la réforme, puis en s’appropriant la vision de la réforme et en lançant la préparation de la loi-cadre".

Il y a un an, Omar Azziman avait appelé "toutes les composantes de la société, pouvoirs publics, ONG, partis politiques, syndicats, société civile, médias" à se mobiliser autour de la vision stratégique de la réforme 2015-2030 du système éducatif.

"La Vision stratégique de la réforme 2015-2030 constitue la clef de voûte pour la relance de l’école marocaine et une plate-forme efficiente pour faire face aux problèmes de ce secteur", selon le ministre de l'Education nationale Rachid Benmokhtar.

LIRE AUSSI: