Huffpost Maroc mg

Changement climatique: Aziz Akhannouch plaide pour le déblocage de fonds pour aider les pays en développement

Publication: Mis à jour:
AZIZ AKHANNOUCH
Akhannouch: "L'accès au financement climatique, maillon faible des pays en développement" | Service presse/Ministère de l'Agriculture
Imprimer

CLIMAT - Quinze ans après la création du Fonds d'adaptation lors de la COP7 à Marrakech, fonds international qui vise à financer des projets et programmes de lutte contre les effets des changements climatiques, ce dernier semble plus que jamais indispensable pour les pays en développement.

Alors que la région MENA (Moyen-Orient-Afrique du Nord) est l'une des régions les plus vulnérables aux changements climatiques, subissant de plein fouet la hausse des température, la baisse des précipitations et les pénuries d'eau, le Maroc accueille, du 6 au 8 septembre à Rabat, un atelier régional organisé par l’Agence pour le développement agricole (ADA), accréditée depuis 2012 au Fonds d'adaptation.

Cette rencontre, à laquelle participe une cinquantaine d'experts régionaux et qui intervient deux mois avant l'organisation de la COP22 à Marrakech, vise à présenter et examiner les opportunités et modalités d’accès des pays de la région MENA aux ressources financières du Fonds d'adaptation, et à permettre à ces pays la mise en œuvre de programmes et projets concrets d’adaptation aux changements climatiques.

Pendant trois jours, les "success stories" de plusieurs entités régionales qui bénéficient du Fonds d'adaptation, comme l'ADA au Maroc ou le ministère jordanien du Plan et de la Coopération internationale, seront présentées, de même que les "best practices" en matière de procédures d'accréditation et de développement de projet.

Maillon faible

"L'accès au financement climatique demeure le maillon faible des pays en développement", a soutenu le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, lors de l'ouverture de cet atelier régional. "La COP22 sera l'occasion d'établir une feuille de route pour l'obtention de ces financements et d'aider les pays à atteindre les objectifs fixés par l'accord de Paris conclu en décembre 2015", a-t-il indiqué.

La prochaine conférence des parties sur le climat sera aussi l'occasion, pour le Maroc, de porter plusieurs initiatives et de faire entendre la voix des pays africains qui ne captent qu'une part infime (5%) des financements pour la lutte contre les changements climatiques. "L'agriculture est un des secteurs les moins dotés de financements, puisqu'elle en capte moins de 4%", a également tenu à rappeler le ministre.

L'initiative "triple A" (Adaptation, Afrique, Agriculture), annoncée en mai dernier, sera ainsi l'une des priorités inscrites par le Maroc dans l'agenda de la COP22. L'initiative des oasis durables, qui vise à préserver et garantir le développement solidaire des oasis, et celle de la "ceinture bleue", qui concerne la pêche maritime, seront également mises en avant.

LIRE AUSSI: Ce que prévoit le ministre de l'agriculture Aziz Akhannouch pour la COP22

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
La centrale Noor en 10 images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction