Huffpost Algeria mg

"Kendil el Bahr" ouvre les 14e Rencontres cinématographiques de Bejaia

Publication: Mis à jour:
Imprimer

"Kendil el Bahr" (la femme méduse), co-signé en 2016 par Damien Ounouri et Adila Bendimerad, a ouvert avec "punch", samedi soir la 14e édition des Rencontres cinématographique de Bejaia à la cinémathèque.

L'oeuvre, présentée déjà en compétition à l'occasion de la 48e mouture de la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes (France) a accroché par son audace, célébrant la sensualité féminine, son originalité, mêlant la mythologie au fantasque, et ses prouesses techniques. Un film singulier, difficile à catégoriser tant ses facettes sont multiples, empruntant tantôt, aux "revenge movies", tantôt aux "comédies sentimentales" et souvent à un "odieux drame" dont la conjonction, l'a assurément magnifié.

"Kendil el Bahr", déroule l'histoire d'une mère-épouse, "Nefissa", débordante de vie, qui par un jour de plage, se retrouve, malencontreusement nez à nez avec un groupe de baigneurs, qui la prend à partie, la violente puis la tue en la noyant sous le regard fermé de tous les estivants.

Son crime : avoir nagé loin du rivage et dans une tenue, jugée aguichante, donc immorale.

Le film propulse droit dans la violence faite aux femmes et l'expose violemment. Le fait divers est là, têtu, planté dans toute son acuité et révélant une violence sociale antique, qui fait que "la femme n'est pas seulement une victime. mais elle aussi un bouc émissaire", fera valoir un cinéaste participant au débat autour du film, dénonçant les archaïsmes des sociétés patriarcales.

"Nefissa", ne meurt pas vraiment pour autant. Elle ressuscite sous la forme d'un monstre de mer, qui en guise de revanche, sème la peur et la mort, sans jamais se rassasier. Un animal mythologique, sans distinction connue. "Nous avons juste voulue continuer l'histoire au-delà de la mort ", a expliqué Adila Bendimerad, qui avoue s'être employé seulement à raconter une histoire, sans référence à des légendes ou des mythes populaires.

"Le film a manqué d'ambition dans son contenu. Il a gratté sur la surface des choses", notera un spectateur, qui trouve toutefois, que l'oeuvre d'une quarantaine de minutes, est susceptible de muer en long métrage, pour peu, qu'il prenne la peine de s'enrichir et de se documenter.

Même dans sa forme actuel, l'oeuvre reste digeste et prenante. Sa projection, en 2e partie de la soirée, a jeté l'ombre sur le film libanais "3 :30" de Hussein Ibrahim, un court métrage, de 03 minutes sur les années de braises au Liban. Le débat avait essentiellement tourné autour de la femme méduse et de son corollaire "les violences faites aux femmes ".

LIRE AUSSI: "Kindil el Bahr" de Damien Ounouri, sera projeté en octobre à Alger en présence du réalisateur

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.