Huffpost Maroc mg

Les Mexicains furieux envers leur président après sa rencontre avec Donald Trump

Publication: Mis à jour:
MEXICAINS DONALD TRUMP
Mexico President Enrique Pena Nieto and Republican presidential nominee Donald Trump shake hands after a joint statement at Los Pinos, the presidential official residence, in Mexico City, Wednesday, Aug. 31, 2016. Trump is calling his surprise visit to Mexico City Wednesday a 'great honor.' The Republican presidential nominee said after meeting with Pena Nieto that the pair had a substantive, direct and constructive exchange of ideas.(AP Photo/Dario Lopez-Mills) | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

ETATS-UNIS - La visite n'aura duré que trois heures, mais trois heures de trop pour bon nombres de Mexicains qui étaient furieux mercredi 31 août de la venue de Donald Trump dans leur pays.

Le fait que le candidat républicain à la présidentielle américaine, qui a bâti sa campagne en accusant le Mexique de lui envoyer ses pires habitants, puisse rencontrer le président Enrique Pena Nieto face aux caméras, comme si de rien n'était, est en effet mal passé notamment sur les réseaux sociaux.

"Quelle réponse faible et peureuse de Enrique Pena Nieto face à Trump. Où est son indignation pour les insultes que ce dernier a proférées?", pouvait notamment lire sur Twitter où certains dénonçaient aussi une opération de communication élaborée par le président mexicain dont la cote de popularité est au plus bas dans les sondages.


"Nous ne l'aimons pas, nous ne voulons pas de lui" avait déclaré l'ancien président mexicain Vicente Fox sur CNN, "au nom des quelque 130 millions de Mexicains". "Voici la phrase qui résume la visite de #Trump à Mexico: 'Humiliation à domicile'", a tweeté la chroniqueuse Denise Dresser après la visite.


"J'ai honte de voir un président aussi soumis", a commenté de son côté le professeur et militant des droits de l'homme Sergio Aguayo. Le parti de gauche PRD n'a pas été en reste, déplorant sur Twitter "la honteuse et déplorable image présidentielle donnée par Enrique Pena Nieto".


Pendant cette rencontre Donald Trump a adopté un ton policé et joué l'apaisement en vantant les qualités de l'"incroyable" peuple mexicain, tout en réitérant sa principale promesse de campagne: la construction d'un mur pour tenir à distance les problèmes de son voisin du sud.

"L'immigration illégale est un problème pour le Mexique ainsi que pour nous", s'est-il justifié. "Les drogues sont un problème terrible pour le Mexique comme pour nous. Ce n'est pas une rue à sens unique" a noté Trump. Le président mexicain a de son côté souligné la nécessité de travailler ensemble pour avoir une frontière "plus sûre et efficace", mais a insisté sur l'importance d'empêcher les flux d'armes et d'argent en provenance des Etats-Unis qui alimentent les organisations criminelles implantées plus au sud.

Si Trump a déclaré pendant la rencontre que les détails du financement du fameux mur, qu'il promet depuis le début de sa campagne de faire payer au Mexique, n'avaient pas été abordés, le président mexicain a assuré sur Twitter avoir pourtant expliqué à Trump que son pays ne verserait pas un centime dans la construction de cette frontière.

LIRE AUSSI: