Huffpost Maroc mg

François Beaurain immortalise l'hôpital Marie Feuillet avant qu'il ne soit transformé en palace (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

PHOTOGRAPHIE - En janvier, on apprenait que l’ex-hôpital militaire Marie Feuillet à Rabat allait être converti en complexe hôtelier. Une nouvelle vie s’offre désormais à ce monument historique resté à l’abandon depuis sa fermeture en 1999 et dont les travaux de réhabilitation ont été entamés en juin.

Avant le lancement du chantier, le photographe français François Beaurain a eu pour idée d’immortaliser les lieux. “J’habitais à l’époque aux Oudayas et passais souvent devant ce bâtiment sans savoir ce qu’il était. J’ai été surpris par ses dimensions et sa beauté”, confie-t-il au HuffPost Maroc. Afin de photographier les lieux avant qu’ils ne se transforment en complexe touristique, Beaurain a pu accéder à l’édifice de style néo-mauresque grâce à l’intervention d’Al Qudra, la holding émiratie qui s’occupera de la construction de ce palace.

Pour son projet, le photographe français a souhaité entreprendre un travail de mémoire. Celui qui se dit “attiré par les sites abandonnés” considère que l’hôpital Marie Feuillet est le lieu idéal pour un photographe chasseurs de ruines. “C’est un peu le graal. Le bâtiment est à la fois majestueux et jamais photographié. De plus, il est chargé d’histoire.”

En effet, peu de photographies ont été prises de l’ancien équipement de santé. Sur le web, les seules photos existantes de l’hôpital sont des clichés pris pendant la période coloniale ou encore des photos de façades dont le rendu n’est pas forcément professionnel.

Avant de pouvoir accéder aux lieux, François Beaurain s’est livré à un véritable parcours de combattant. “J’ai commencé à m’intéresser à l’hôpital Marie Feuillet il y a un an. J’ai collecté les informations et cherché un moyen de rentrer sur le site en vain”, raconte-t-il. Il finira par y accéder en janvier 2016, après plusieurs tentatives. Beaurain a pu prendre une centaine de clichés de cet espace qui représente selon l’artiste “un des chefs d’oeuvre de l’architecture du protectorat, le point de départ du système de santé au Maroc”.

Sur les clichés, on aperçoit un lieu dont l’état de conservation laisse à désirer. Mais si les murs sont dans un état de dégradation avancé, plusieurs détails architecturaux comme le zellij ou encore les toitures traditionnelles en pente sont quasiment restés intacts. Selon Le Desk, les chantiers chapeautés par l’architecte Karim Chakor porteront essentiellement sur des travaux de réhabilitation. Cette transformation engagera néanmoins la destruction d’une partie de l’ancien équipement de santé.

  • François Beaurain
  • François Beaurain
  • François Beaurain
  • François Beaurain
  • François Beaurain

LIRE AUSSI: Ces photographes marocains qui exposent à la biennale des photographes du monde arabe contemporain à Paris (PHOTOS)

Suggérer une correction