Huffpost Algeria mg

Tube de l'été, plage et palmiers, l'étrange clip de promo pour le tourisme en Syrie

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La Syrie, ses plages de sable fin baignées par la Méditerranée, son soleil éclatant, ses palmiers... A priori, vous n'avez pas cette vision idyllique en tête lorsque vous pensez à ce pays, dévasté par un conflit dramatique qui dure depuis plus de cinq ans. Visiblement, les autorités syriennes aimeraient que ça change et ont diffusé à cet effet une vidéo étonnante (voir ci-dessus).

Comme l'a repéré BFMTV, le ministère du Tourisme syrien a mis en ligne mardi 30 août un clip de promotion intitulé "La Syrie, toujours belle". On peut y découvrir la station balnéaire de Tartous - qui abrite par ailleurs une base navale militaire russe -, des baigneurs et des jet-skis, le tout accompagné d'une musique tubesque censée vous donner envie de (re)partir en vacances.

Une zone visée par des attentats meurtriers

Forcément, le décalage avec la situation en Syrie interpelle. En cinq ans, près de 300.000 personnes ont été tuées par les bombardements du régime, les attaques jihadistes ou les frappes de la coalition. Plus de 11 millions de Syriens, soit la moitié de la population, ont été déplacés et plus de 4 millions ont dû fuir le pays. Certaines des plus grandes richesses architecturales ont aussi été détruites, comme Palmyre.

Par ailleurs, Tartous et la ville voisine de Jablé, ainsi que l'autre métropole côtière de Lattaquié, ont été visées ces derniers mois par des attentats particulièrement meurtriers, revendiqués par le groupe Etat islamique.

Pourtant, les autorités syriennes semblent compter sur le retour des touristes, notamment russes, chinois ou iraniens, dans les régions contrôlées par le régime de Bachar al-Assad. Comme le rapporte le site pro-Kremlin Russia Today, la Syrie se vante d'avoir accueilli 30% de touristes en plus cette année et entend poursuivre sur sa lancée.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.