Huffpost Maroc mg

Le Parti libéral boycotte les élections et critique l'Intérieur

Publication: Mis à jour:
ZIANE
Le Parti libéral boycotte les élections et critique l'Intérieur | DR
Imprimer

ÉLECTIONS - L'annonce était en partie prévisible. Le Parti marocain libéral (PML) ne prendra pas part aux élections législatives qui se tiendront le 7 octobre prochain. Dans un communiqué diffusé lundi, la formation politique, qui se dit "fidèle aux principes des Rafidounes (que l'on peut traduire en front du refus, ndlr)", indique qu'elle "refuse de participer" au scrutin.

Les "Rafidounes", une coalition constituée en juin dernier, rassemble en plus du PML, le parti Al Ahd Addimocrati et le Parti du renouveau et de l’équité. Les trois partis voulaient initialement présenter une liste unique aux élections, avec un même slogan: le "refus", d'où vient l'appellation "Rafidounes". Leurs plans ont finalement été chamboulés avec le retrait du PML.

"Nous laissons aux autres composantes des Rafidounes le choix de décider, selon leurs convictions, de suivre le Parti marocain libéral ou de participer aux élections", ajoute le communiqué.

L'Intérieur dans le viseur

Le secrétaire général du Parti marocain libéral Mohamed Ziane a invoqué plusieurs raisons pour justifier cette décision. Parmi celles-ci, "la méthodologie adoptée par l'Intérieur pour les octrois des financements aux partis politiques pour la campagne électorale".

Par sa décision de boycott, le parti veut également "protester contre le refus du ministère de l'Intérieur d'accorder suffisamment de temps pour discuter des programmes des partis en ce qui concerne les prochaines élections". Pour Ziane, quelques minutes pour en parler à la télévision ne suffisent pas, d'autant plus que "les Marocains ne regardent pas la télévision marocaine", a-t-il ajouté.

Mohamed Ziane, avocat et fondateur du PML, a été ministre chargé des droits de l'Homme dans les gouvernements Filali II et Filali III, sous le règne de Hassan II, avant d'être limogé en janvier 1996.

LIRE AUSSI: