Huffpost Maroc mg

Premières indiscrétions sur le programme électoral du PAM

Publication: Mis à jour:
ILYAS OMARI
Ilyas el Omari, Vice Secretary General of the Party of Authenticity and Modernity (PAM) speaks during a press conference following the results from Moroccan municipal and regional elections on September 5, 2015 in Rabat. Morocco's Islamists came first in regional elections seen as a test of their popularity after nearly four years in power, but trailed the liberal opposition in municipal polls, results showed. The PAM, a liberal opposition party founded by a politician close to the king, came se | FADEL SENNA/AFP
Imprimer

ÉLECTIONS - Le secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM) l'appelle un "plan de sauvetage", qui ne comporte pas, selon lui "les mesures que nous souhaitons mettre en oeuvre, mais les mesures qui doivent être mises en place pour sauver le pays".

Le programme du Parti authenticité et modernité (PAM) sera publié en arabe et en français, avec un résumé en langue amazighe. Fruit de longs mois de travail, il comportera des mesures "précises, chiffrées et sectorialisées", selon Samir Belfkih, coordinateur de la commission chargée du programme électoral.

Les travaux de la commission chargée du programme électoral, présidée par Ahmed Akhchichine ont "démarré bien avant le dernier congrès. Cela fait à peu près 10 mois de travaux, auxquels ont participé entre 70 et 100 personnes", explique Samir Belfkih.

En plus des militants, des cadres et compétences du parti, la commission chargée du programme électoral a aussi tenu des rencontres avec "des acteurs économiques, des partenaires sociaux, des institutions, des représentants société civile. C'était un échange continu, qui nous a permis d'élaborer un programme complet", précise notre interlocuteur.

Le programme sera mis en ligne ce lundi 29 août, "afin que les citoyens puissent le consulter, l'analyser, émettre des recommandations et des suggestions, apporter leurs remarques", indique, de son côté, le député Mehdi Bensaid.

Le PAM compte également diffuser deux documents supplémentaires. Le premier sera "un bilan technique du gouvernement, et le second une analyse politique de ce bilan", nous informe Samir Belfkih.

"Des mesures précises, chiffrées et sectorialisées"

Il s'agira de "mesures précises, chiffrées, sectorialisées, avec les détails de leur mise en place dans le temps et dans l'espace", nous indique Samir Belfkih. Le programme qui sera publié par le PAM souhaite prendre en considération l'interdépendance entre les secteurs, afin de traiter les problématiques en prenant compte de la totalité de leurs dimensions.

Pour établir un diagnostic de la situation actuelle, le PAM est allé au-delà "du bilan désastreux de ce gouvernement, pour revenir deux décennies en arrière, et ainsi maîtriser le rythme de la croissance, les déterminants du modèle économique. Tout ceci, afin de répondre aux questions: Pourquoi l'actuel modèle économique est incapable de faire en sorte que notre pays devienne un pays émergent? Pourquoi le rythme de la croissance est en recul depuis plusieurs années? Pourquoi l'éducation et la recherche scientifique sont deux secteurs défaillants, au même titre que la santé?", questionne Samir Belfkih. Et d'ajouter que le PAM est parti d'une "analyse de l'existant, afin d'établir un diagnostic, un audit, dans l'objectif de parvenir à la maitrise de la situation économique et sociale".

Un nouveau modèle économique

"Le Maroc affiche des indicateurs qui ne sont pas dignes de ses aspirations, et ne sont pas en homogénéité avec ses ambitions. La situation actuelle constitue une entrave au pays, pour qu'il accède à ses objectifs affichés", estime le député PAM. D'où proposition d'un nouveau modèle de développement, qui "reposera sur un modèle économique et un pacte social", révèle Samir Belfkih.

Fruit de "concertation élargies avec la CGEM, les syndicats, des institutions", le nouveau programme "consolidera les acquis, tout en établissant une rupture avec la mauvaise gestion de la chose publique".

La colonne vertébrale du modèle économique sera un "nouveau modèle de croissance. Tous les partis promettent d'atteindre des taux de croissance de 6% ou de 7%, sans pour autant dire comment. L'actuel modèle économique est basé sur l'offre, et non pas la demande, pour la simple raison que dans notre pays, les précédents gouvernements ont mis l'accent sur l'offre, sachant que le tissu économique ne génère pas suffisamment d'offre pour absorber la demande interne", clarifie Samir Belfkih, qui déclare que le PAM propose de "tout changer. Opter pour un modèle basé sur l'offre ne peut en aucun cas fonctionner si le pays ne s'industrialise pas. On ne peut pas directement passer d'un pays basé sur l'agriculture à un pays basé sur les services, et prétendre faire partie des pays émergents".

Des leviers de développement

"L'offre injectée au sein de notre pays doit être logiquement tournée vers l'export, et de ce fait, il faudra chercher de nouveaux marchés, en Afrique notamment. Si on ne le fait pas aujourd'hui, nous risquons de favoriser des concurrents comme la Côte d'Ivoire, le Nigéria, et il sera trop tard pour nous", explique Samir Belfkih.

Le modèle économique proposé par le PAM se base, aussi, sur la région "comme outil et comme levier de développement, sans oublier d'autres leviers, à l'instar du virage numérique". Et, pour l'un des objectifs phares du programme, à savoir la création de l'emploi, seront pris en compte aussi bien "l'équilibre sociétal que territorial et sectoriel, pour plus d'équité dans notre pays".

Le PAM propose aussi de mener "des réformes structurelles concernant les politiques de stabilisation, le budget, la politique monétaire, etc. Il y a toute une architecture de réformes, et des actions concrètes à mener pour remédier aux dysfonctionnements profonds du modèle actuel", ajoute Samir Belfkih.

Jeunes, femmes et couches défavorisées: des cibles prioritaires

Les réformes que propose le PAM "ne peuvent en aucun cas être réalisables si le capital humain est mis à l'écart. Les questions de l'éducation et de la formation arrivent donc en tête de nos priorités. Sans cela, rien n'est possible", estime Samir Belfkih. Le programme du parti comportera donc "des mesures précises concernant l'éducation, la recherche scientifique, la formation, ainsi que l'habitat, la santé, la culture, la communication, la protection de l'enfance", détaille notre interlocuteur, qui évoque également un volet consacré aux droits humains et aux libertés, dans lequel le parti s'engage, entre autres, à respecter les recommandations de l'Instance équité et réconciliation (IER).

Les jeunes, les femmes et les couches défavorisées sont, de leur côté, "des cibles prioritaires de l'action de notre parti".

Politique étrangère: La diplomatie économique au coeur du programme

Le volet relatif à la politique étrangère "place la diplomatie économique au coeur de l'action. Nous estimons que la politique étrangère doit nécessairement prendre une connotation économique", estime notre interlocuteur.

Loin des promesses électorales dont la mise en oeuvre est sans cesse repoussée, le PAM "dévoilera une série de mesures qui seront prises lors de nos trois premiers mois au gouvernement, en plus du plan relatif à la législature dans son intégralité. Les citoyens n'auront donc pas à attendre un an pour juger de notre travail, puisque nous prendrons des engagements clairement définis dans le temps".

LIRE AUSSI: