Huffpost Maroc mg

Mehdi Bensaid publie son bilan au Parlement

Publication: Mis à jour:
MEHDIBENSAIDPAM0
DR
Imprimer

POLITIQUE - C'est une démarche que l'on aimerait bien voir se généraliser. Le député Mehdi Bensaid, du Parti authenticité et modernité (PAM), a publié un bilan détaillé de son action en tant que parlementaire et président de la commission des affaires étrangères à la Chambre des représentants. Une première.

"5 années se sont écoulées depuis le vote du 25 novembre 2011", écrit le député. "Ce 25 novembre, le jeune député élu que j’étais savait que nous étions là pour incarner la rupture avec plusieurs décennies d’immobilisme. J’espère m’y être tenu. Incarner la rupture avec les pratiques du passé est aussi rendre compte aux citoyennes et aux citoyens des résultats des 5 années pendant lesquelles j’étais chargé de les représenter. Les 5 années passées au service de mes concitoyens m’ont appris que l’humilité et l’écoute étaient les principales qualités qu’un représentant devrait entretenir. N’oublier à aucun moment que nous devons notre élection au vote citoyen, et nous rappeler en toute occasion que nous devons des comptes aux citoyennes et citoyens marocains qui nous ont portés aux fonctions de représentation", poursuit-il.

S'il reconnait "à l’ensemble de mes concitoyens que je suis conscient que tout n’a pas été parfait dans mon engagement, que des erreurs ont été commises", Mehdi Bensaid assure que son engagement "a été réel et sincère, et que ces cinq années que j’ai passées à leur service ont été un véritable honneur".

Dans l'ensemble, Mehdi Bensaid a eu un taux de présence de 82% aux séances de questions au gouvernement. Le bilan du député nous apprend, par ailleurs, qu'il a posé 40 questions au gouvernement, 28 orales et 12 écrites. "Sur les questions orales, le taux de réponse moyen des membres du gouvernement est de 46,42%", et pour "les questions écrites, le taux de réponse moyen des membres du gouvernement est de 67%", lit-on dans le bilan du jeune parlementaire.

Le bilan du député PAM revient aussi sur son action à la tête de la commission des affaires étrangères, qu'il s'agisse de lois votées ou d'actions relevant de la diplomatie parallèle, comme "la participation, auprès d’une délégation de députés marocains, aux travaux et activités de l’APCE (Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe), se tenant en 4 sessions par année civile", où il a défendu "les avancées réalisées par notre pays, tout en continuant, de cette tribune, à défendre les causes qui sont les nôtres, notamment la question relative à l’abolition de la peine de mort. Aussi, les adversaires de notre intégrité territoriale, étant très actifs à ce 'carrefour' des parlements européens, il s’agissait de faire connaître notre cause nationale et sa justesse", écrit-il.