Huffpost Tunisie mg

Juste pour rire: Quand le comique de Wajiha Jendoubi fait réfléchir

Publication: Mis à jour:
WAJIHA
Radio IFM
Imprimer

Au 3ème soir de l’édition tunisienne du festival Juste pour Rire, les médaillés olympiques étaient parmi le public. Oussema Mallouli, Inès Boubakri, Marwa Amri, Oussema Oueslati ont été accueillis sur scène et applaudis par le public après que l’hymne national ait retenti en leur honneur et pour rappeler leur succès.

Quant à la pièce programmée, elle est en est à plus de 300 représentations. "Efcha (mocheté) mon amour" a pourtant affiché complet au théâtre de plein air de Hammamet.

"Cette pièce est conçue comme une fable", explique au HuffPost Tunisie, Jamelleddine Arfaoui, qui en a écrit le texte. "Notre but était de figer, le temps d’une pièce, une partie importante de l’Histoire de la Tunisie", ajoute-t-il. Le texte qui a pour point de départ une anecdote, connue par l’invasion de l’horloge, celle d’un barbu qui escalade l’horloge trônant au centre ville de Tunis et hisse le drapeau noir des islamistes. S’ensuit une série d’événements et de ressentis relatés sur un ton comique par l’actrice Wajiha Jendoubi.

Fou rire garanti avec wajiha jandoubi avec 3efcha Mon Amour #justepourrirehammamet #ifm #live #3efchamonamour

Une photo publiée par Radio IFM (@radioifm) le

Jouant seule sur scène une multitude de rôles, elle incarne par la voix et par le geste, hommes, femmes, joies et déceptions. Son rôle principal est celui d’une Tunisienne qui se retrouve barbue du jour au lendemain et qui décide de combattre ses poils de trop. La pièce est l’ensemble de ses pérégrinations dans des mondes différents, ceux des modernistes, des démocrates, des caciques de l’ancien régime, des chômeurs, des faux militants, des islamistes…

A la présence scénique de l’actrice s’ajoute dans la pièce une projection sur écran. Des moments conçus comme des flashbacks pendant lesquels les spectateurs replongent dans la période d’après révolution avec des répliques phares et des figures emblématiques et un moment d’émotion quand la voix de l’actrice devient écho et que derrière elle est projeté sur écran le drapeau d’une Tunisie cherchant encore sa voie.

A sa sortie de scène Wajiha Jendoubi expliquera au HuffPost Tunisie que, dans son texte qu’elle a joué des centaines de fois, il y avait une part d’improvisation qui nait de l’interaction avec le public. Et dans le public il y avait, samedi 27 août ,le comédien tunisien Lotfi Abdelli qui avait joué l’avant-veille au même endroit. Abdelli a été appelé pour une danse sur scène, plusieurs clins d’œil lui ont été adressés et il a été, directement après la fin, dans les coulisses, féliciter l’actrice. "J’ai beaucoup ri, pourtant je n’ai pas le rire facile, lance-t-il à ceux qui lui ont demandé son avis".

"Le but n’est pas que les gens rient seulement", ajoute le scénariste. "Nous voulons que les gens réfléchissent après. La pièce fait rire mais est truffée de symboles et d’allusions", poursuit-il.

Extrait du magnifique spectacle de wajiha Jandoubi #3efchamonamour #justepourrirehammamet #ifm

Une vidéo publiée par Radio IFM (@radioifm) le

Et ils ne sont pas partis indifférents, ces gens venus assister à la soirée du samedi de Juste pour Rire à Hammamet. Interrogés par le HuffPost Tunisie, des spectateurs avouent avoir été touchés par la pièce et subjugués par le dynamisme de l’actrice qui poursuit ses représentations, depuis des années, avec succès.

A son producteur Mohamed Boudhina, le Huffpost Tunisie a demandé s’il a le don de flairer le succès ou s’il le conçoit. "J’ai su miser sur des produits de qualité et des acteurs de talent. Le reste de mon rôle constitue à leur donner le bon cadre de travail et assurer les meilleures conditions pour que le succès se poursuive".

"Oui c’est cela un producteur, il veut que la pièce continue sur scène tant qu’elle continue à ramener de monde. Quant à l’acteur, il a envie de passer à autre chose, de faire de la nouveauté et de créer à partir de l’actualité", lance l’actrice non sans une note d’humour. "Un nouveau projet donc ?", "Oui, une pièce en gestation, ça mûrit et c’est pour bientôt", conclut Wajiha Jendoubi.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.