Huffpost Algeria mg

La réhabilitation du chemin des touristes à Constantine boostera le tourisme de la ville, selon les responsables

Publication: Mis à jour:
CHEMIN DS TOURISTES  CONSTANTINE
Facebook/ Constantine
Imprimer

Annoncé plusieurs fois durant ces dernières années, la réhabilitation du chemin des touristes de Constantine semble être en bonne voie cette fois-ci.

Fermé aux visiteurs depuis 1958 suite à des inondations, le "Chemin des touristes" des gorges du Rhumel à Constantine est un site fabuleux qui risque, par bonheur, d'être ressuscité après un demi-siècle de dégradations et d'oubli.

chemin des touristes en 1940

Les vieux Constantinois, surtout ceux qui ont eu la chance de l'emprunter un jour, désespèrent de le voir inscrit parmi les grands aménagements en cours dans la ville du vieux Rocher.

Véritable "curiosité", majestueusement adapté au relief exceptionnel et unique de Constantine, ce chemin des touristes pourrait indéniablement relancer le tourisme dans la ville des ponts, selon tous les spécialistes du secteur.

Misant sur sa contribution économique certaine pour la ville, rapporte l'Agence de presse algérienne (APS), les autorités locales s’emploient à mobiliser l’investissement nécessaire pour la réhabilitation d’un site au potentiel avéré.

Attraction extraordinaire de la ville des ponts, ce chemin permettait d'aborder la ville par le lit de l'oued Rhumel et passer d'une rive à l'autre, au fond du "Rimis", comme disent les Constantinois pour désigner le précipice qui enserre, en fer à cheval, la vieille ville sur 2,5 km.

Le mot "Rimis", raconte-t-on, encore, tient son origine, de la déformation de "Frédéric Rémès", le nom de l'ingénieur des Ponts et chaussées français qui a l'conçu et réalisé, entre 1843 et 1895.

chemin des touristes

Accroché à la paroi de l'imposante muraille rocheuse de 30 à 50 m au-dessus du lit de l'oued, et jusqu'à plus de 100 m en-dessous du bord du précipice. Large de 1,5 m à peine, il longe la rive droite du Rhumel, taillé sur la corniche ou porté en encorbellements.

Etudes en cours pour une meilleure finalisation du projet

Le chemin des touristes, un site phare de l’antique Cirta a bénéficié d’une importante opération de réhabilitation confiée en étude et réalisation à un groupement d’entreprises algéro-français qui s’attèle depuis plus de deux (02) ans, à ficeler techniquement et esthétiquement les traits "mystérieux" de ce site prestigieux.

La phase étude de ce site qui relie le pont du Diable au pont des Chutes, est pratiquement finalisée et sa concrétisation requiert "une technicité de pointe et un savoir faire avéré", estiment les responsables locaux qui ont souligné qu’il ne reste de la phase étude que la résolution de certains problèmes techniques en rapport avec les réseaux d’évacuation pour pouvoir lancer les travaux de réhabilitation.

Dans ce contexte, il a été convenu de solutionner la contrainte des rejets des eaux usées affectant ce chemin surplombant l’Oued du Rhumel pour permettre des interventions de réhabilitation "structurées".

Les travaux de réhabilitation cibleront entre autres les passages défectueux tout le long de l’itinéraire, l’aménagement du jardin qui agrémente le parcours, la restauration de l’ancien pont situé au-dessous du pont de Bab El Kantara, et la réhabilitation de l’ascenseur de Sidi M’cid, avec un projet de réaliser un nouveau ascenseur.

Les responsables misent sur deux millions de visiteurs par an

Une fois opérationnel, le chemin des touristes, jusque là abîmée par la patine du temps, favorisera la création d’une multitude d’investissements et d’activités commerciales qui seront en mesure de booster le marché de l’emploi et des affaires locales, affirment encore les autorités locales.

Avec une perspective d’accueil, après sa réhabilitation, de pas moins de deux (02) millions de visiteurs par an, et pas moins de 1,5 milliard de dinars de recettes annuellement, les autorités locales de Constantine misent beaucoup sur le chemin des touristes pour contribuer énergiquement au sort économique de cette ville millénaire qui ambitionne à retrouver son aura attractif d’antan.

LIRE AUSSI: Le Pont de Sidi-Rached, une vieille histoire constantinoise

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.