Huffpost Maroc mg

Les détails de la rencontre de Hassad et de Ramid avec les chefs de partis marocains

Publication: Mis à jour:
MOHAMED HASSAD CHARKI DRAISS
DR
Imprimer

ÉLECTIONS - Jeudi 25 août, les ministres de l'Intérieur et de la Justice ont rencontré les leaders et les représentants de l'ensemble des partis politiques qui participeront au scrutin du 7 octobre. Les détails de la rencontre.

La réunion a été organisée par le ministre de l'Intérieur Mohamed Hassad et le ministre de la Justice Mustapha Ramid, et a vu la participation de Cherki Drais, ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur. Elle a constitué une occasion pour discuter des questions liées aux élections législatives qui se tiendront le 7 octobre.

De manière globale, les discussions ont porté sur "les opérations préparatoires aux élections, en insistant sur le fait que tout le monde doit s'engager pour aller vers plus de transparence", ainsi que sur "les manières de simplifier les lois électorales pour les rendre plus claires et plus accessibles aux électeurs", explique au HuffPost Maroc Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire (MP).

Plusieurs sujets ont été abordés lors de cette rencontre. "La commission était ouverte aux propositions qui visent à améliorer le déroulement du scrutin, et réunir les conditions d'une compétition loyale entre les partis", nous explique Anis Birou, ministre chargé des MRE et des affaires de la migration et membre du bureau politique du Rassemblement national des indépendants (RNI).

L'enveloppe budgétaire revue à la hausse

Sans surprise, la question de l'enveloppe budgétaire allouée à l’aide publique pour le financement de la campagne électorale a, elle aussi, été soulevée. Fixée à 200 millions de dirhams pour les législatives du 7 octobre, elle s'élevait à 220 millions en 2011. "Il y a eu une erreur, lorsque la dotation a été fixée. Elle sera donc revue à la hausse. Il s'agira, au minimum, du même montant que celui consacré aux élections de 2011, mais il se peut qu'il y ait une petite rallonge", indique Anis Birou.

Législation électorale: Rien à signaler

La législation électorale, elle, n'a pas fait l'objet de discussions particulières, vu que "le dispositif est prêt, et qu'il a été adopté par le parlement", poursuit Anis Birou. En revanche, certains "aspects techniques ont été abordés, afin d'aller dans le sens de la facilitation du dépôt des candidatures", ou encore "le nombre de bureaux de vote qui seront mis en place, notamment dans les zones rurales", précise Anis Birou.

Vers l'adoption d'une charte des valeurs?

S'il n'y pas eu de proposition formelle dans ce sens, "il s'agit, pour l'instant, d'une idée qui circule. Ce sera celle d'une charte des valeurs, qui engage les partis politiques et les candidats sur un certain nombre de points", révèle Anis Birou. Les partis vont se concerter avec leurs bureaux politiques pour cela.

Si aucune date n'a été fixée pour une rencontre ultérieure, l'initiative de solliciter une réunion "reste ouverte. L'initiative appartient aussi bien aux ministères de l'Intérieur et de la Justice qu'aux partis politiques", conclut Anis Birou.

LIRE AUSSI: