Huffpost Algeria mg

Pétrole: à l'approche de la rencontre d'Alger, l'Iran insiste pour récupérer sa part du marché d'avant les sanctions

Publication: Mis à jour:
BIJAN ZANGANEH
Bijan Namdar Zanganeh, Iran's petroleum minister, center, arrives for the 169th Organization of Petroleum Exporting Countries (OPEC) conference in Vienna, Austria, on Thursday, June 2, 2016. Saudi Arabia is ready to consider a surprise deal with fellow OPEC members, attempting to mend divisions that had grown so wide many dubbed the group as good as dead. Photographer: Akos Stiller/Bloomberg via Getty Images | Bloomberg via Getty Images
Imprimer

L'Iran insiste pour récupérer sa part du marché du brut d'avant les sanctions internationales, a déclaré vendredi son ministre du Pétrole Bijan Zanganeh, à quelques semaines de la réunion informelle des pays exportateurs (Opep) en septembre à Alger.

"l'Iran n'a aucune responsabilité dans l'instabilité du marché pétrolier, et après la levée des sanctions nous cherchons à récupérer notre part du marché", a indiqué le ministre cité par l'agence de presse Shana, organe du ministère du Pétrole.

Téhéran avait dû fortement baisser son niveau de production à cause de ces sanctions imposées par l'Occident en 2012 en raison de son programme nucléaire controversé.

Ces sanctions ont été en grande partie levée en janvier à la suite de la signature en juillet 2015 d'un accord sur le nucléaire entre Téhéran et les grandes puissances.

Ayant fait son retour sur le marché mondial de l'or noir, l'Iran a annoncé jeudi qu'il participerait bien à une réunion exceptionnelle de l'Opep fin septembre à Alger.

Les marchés du pétrole suivaient attentivement les informations sur la participation de Téhéran à cette réunion, les autres membres du cartel espérant un gel de la production iranienne qui pousserait les prix à la hausse. Et en réaction, les cours du pétrole ont monté jeudi, le cours du baril de référence (WTI) gagnant 56 cents à 47,33 dollars.

"L'Iran va coopérer avec l'Opep pour améliorer les prix du pétrole et la situation sur le march"é, a assuré le ministre iranien cité par le site Mizan Online. Il a toutefois souligné le droit de son pays à récupérer les pertes liées aux sanctions, en évoquant les sacrifices consentis par l'Iran.

L'Iran affirme avoir porté sa production à 3,85 millions de barils par jour (mbj) contre 2,7 mbj avant l'accord nucléaire de 2015.

C'est aux blocages entre l'Iran et l'Arabie saoudite, rival régional de Téhéran et membre dominant de l'Opep, qu'avait été attribué l'échec d'une réunion de l'Organisation au printemps, à Doha, à une époque où les investisseurs comptaient déjà sur le cartel et la Russie pour s'accorder sur un gel de leur offre.

LIRE AUSSI: Le sommet pétrolier de Doha compromis par l'obsession anti-iranienne de Riyad

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.