Huffpost Maroc mg

Depuis début 2016, près de 1.800 hectares de forêts marocaines sont partis en fumée

Publication: Mis à jour:
FIRE FOREST
Getty Images
Imprimer

INCENDIES - 270 incendies de forêt. 1.739 hectares de forêts touchés, soit une moyenne de 6,4 hectares/incendie depuis le 1er janvier 2016. Ce sont les chiffres révélés par le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification ce vendredi 26 août.

Selon le Haut-commissariat aux eaux et forêts, les départs de feu ont touché 956 hectares de formations arborées et 782 hectares d’essences secondaires. De même source, on apprend que la région du Rif (Tétouan, Chefchaouen, Tanger, Larache et Ouezzane) a connu la plus grande superficie incendiée, soit 741 hectares avec 73 départs de feu, suivie par celle de l’Oriental (Taourirt, Jerada et Nador), avec 439 hectares touchés et 45 départs de feu.

A l’échelle du bassin méditerranéen, les superficies forestières endommagées par les incendies au Portugal, en Espagne et en France sont respectivement de 118.000 hectares, 25.000 hectares et 7.000 hectares, selon les données du système européen d’information sur les feux de forêts (EFFIS), souligne le communiqué.

Un Centre national de gestion des risques climatiques

Au Maroc, le Haut-commissariat aux eaux et forêts a inauguré, en mai dernier, le Centre national de gestion des risques climatiques forestiers (CRCF), visant à assurer l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience des processus de coordination inter-partenaires afin de suivre en temps réel les données sur les indicateurs de feux.

La mise en place de ce centre par le Haut-commissariat, qui a bénéficié d’un appui technique de l’US Forest Service, a également pour objectif de procéder à l’établissement, à la supervision et au suivi des programmes de prévention, de prévision et d’intervention contre les feux de forêts à l’échelle nationale, a ajouté la même source.

Dans ce sens, le Haut-commissariat appelle tous les citoyens et tous les utilisateurs des espaces forestiers (camping, apiculteurs, éleveurs, ouvriers…) à éviter l’utilisation de feu pendant la période estivale et à alerter les autorités compétentes de toute fumée, départ de feu ou tout autre indice pouvant occasionner un incendie.

LIRE AUSSI: