Huffpost Maroc mg

Lancement de la période électorale dans les médias audiovisuels le 25 août

Publication: Mis à jour:
VOTE MOROCCO
On connaît la date de lancement de la période électorale dans les médias audiovisuels | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

ÉLECTIONS - Le Conseil Supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) a annoncé le début de la période électorale dans les médias audiovisuels qui s'étalera du jeudi 25 août au 6 octobre, indique ce jeudi 25 août un communiqué de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca).

Durant cette période de 43 jours, les opérateurs audiovisuels publics et privés diffuseront des programmes dédiés aux prochaines élections législatives générales, souligne la Haca, précisant qu’en vertu des textes réglementaires en vigueur, les opérateurs publics diffuseront les programmes de la campagne officielle qui commencera le 24 septembre 2016.

La période électorale a été fixée en application de la décision du CSCA n° 33-16, datée du 21 juillet 2016, et relative à la garantie du pluralisme politique dans les services de la communication audiovisuelle durant les élections législatives générales de 2016, et ce, en vertu de la mission constitutionnelle de la Haca, de veiller au respect de l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion et du droit à l’information, ajoute le communiqué.

La décision 33-16 permet aux partis politiques l’accès équitable aux services de communication audiovisuelle et par la même au large public, tout en consacrant le droit des citoyennes et citoyens à l’accès au pluralisme des idées et des opinions, afin qu’ils puissent porter leurs choix librement et en toute conscience, poursuit la même source.

La Direction générale de la communication audiovisuelle (DGCA) a mis en place un dispositif méthodologique pour assurer le suivi de la période électoral. La Haca publiera, quant à elle, un rapport de synthèse sur les élections législatives dans les médias audiovisuels, comme elle fait à l’occasion de chaque consultation électorale.

LIRE AUSSI: Le ministère de l'Intérieur pointe du doigt le vide juridique entourant les sondages