Huffpost Maroc mg

L'arrestation du couple du MUR s'est faite de "manière fortuite", selon la DGSN

Publication: Mis à jour:
160823ISLAMISTCOUPLECAUGHTINCARFEATURE
New York Post
Imprimer

SCANDALE - Plusieurs jours après l'arrestation des Moulay Omar Benhammad et de Fatima Nejjar, vice-présidents du Mouvement unicité et réforme (MUR), qui ont été interpellés près d'une plage de Mohammedia samedi 20 août alors qu’ils se trouvaient “dans une posture sexuelle” à bord d’un véhicule, la DGSN sort de son silence, pour répondre à certaines accusations qui lui ont été adressées.

La DGSN révèle que l'arrestation "d'un homme et d'une femme", qui ne sont pas nommés, s'est déroulée lorsque le couple était dans une "situation compromettante" qui comporte "des éléments constitutifs d’un acte légalement incriminé". On n'en saura pas plus sur ces "éléments constitutifs d'un acte légalement incriminé".

La DGSN rejette les accusations de "coup monté"

Cette "arrestation fortuite", précise-t-on dans le communiqué, "s'inscrit dans le cadre des prérogatives juridiques de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), qui a une compétence nationale". Ce faisant, la DGSN répond aux accusations qui lui ont été adressées, qui voulaient que la police ait tenu un guet-apens au couple.

La DGSN qualifie, par ailleurs, "d’allégations infondées des déclarations attribuées à Ahmed Raissouni, dans lesquelles il prétend que la BNPJ a exploité une infraction commise par un homme et une femme, qu’il a qualifiés de 'victimes', et qu’elle les a poursuivies et leur a tendu un guet-apens des semaines durant pour marquer une victoire sur deux dirigeants islamistes".

La DGSN évoque, également, d’autres déclarations attribuées à un membre "d’un mouvement de prédication dans lesquelles il a insinué que l’arrestation des deux prévenus était 'un coup monté', arguant du fait que les éléments de la BNPJ ne mènent pas d’habitude des patrouilles ordinaires de sécurité".

La police patrouillait pour une affaire de trafic de drogue

"En vue d’éclairer l’opinion publique, de rectifier ces allégations infondées et de lever tout imbroglio sur les répercussions éventuelles pouvant émaner de ces assertions, la DGSN tient à préciser que l’arrestation des deux intéressés s’inscrit dans le cadre des compétences juridiques des officiers de la BNPJ ayant une compétence nationale", insiste la DGSN.

La Direction générale de la sûreté nationale indique également que l'interpellation "s’est faite de manière fortuite, sur fond d’investigations de terrain que menaient les éléments de la BNPJ au sujet d’une affaire de trafic de drogue, lorsque leur attention fut attirée par la présence d’une voiture garée en bord de mer à 7 heures du matin avec à bord les deux personnes arrêtées dans une situation compromettante".

"En application des dispositions juridiques, un procès verbal a été établi comportant les actes commis, en plus de la levée des effets saisis et des traces matérielles confirmant l’acte criminel, avant de soumettre les mesures procédurales établies au service de la gendarmerie royale territorialement compétent, suite à la notification au parquet général de toutes les mesures juridiques entreprises", poursuit le communiqué.

"La BNPJ a entamé une procédure qui entre dans ses prérogatives juridiques et elle a traité les deux individus arrêtés, durant toutes les étapes de l'affaire, en tant que deux personnes en contravention avec la loi, abstraction faite de leur qualité ou de leur appartenance", conclut la DGSN.

LIRE AUSSI: Scandale sexuel au MUR: Fatima Nejjar démissionne, Omar Benhammad limogé