Huffpost Maroc mg

Moutons destinés à l'Aïd Al Adha: L'offre dépasse largement la demande

Publication: Mis à jour:
SHEEP MOROCCO
Men sell sheep in a market in Rabat December 19, 2007. Muslims around the world celebrate Eid-al-Adha, or Feast of the Sacrifice, to mark the end of the haj by slaughtering sheep, goats, cows and camels to commemorate Prophet Abraham's willingness to sacrifice his son Ismail on God's command. REUTERS/Rafael Marchante (MOROCCO) | Rafael Marchante/Reuters
Imprimer

AÏD AL ADHA - L’offre en cheptel ovin et caprin, destinés à l’abattage, s’élève à près de 8,6 millions de têtes, pour une demande globale estimée à 5,35 millions de têtes, a assuré, mercredi 24 août, le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime. "L'offre en effectifs du cheptel ovin et caprin destinés à l’abattage de l’Aïd s'élève à près de 8,6 millions de têtes dont 4,9 millions d’ovins mâles et 3,7 millions d’agnelles et de caprins", précise le ministère dans un communiqué.

Les retards de pluies qui ont caractérisé la campagne agricole 2015-2016 ont réduit légèrement les taux d’agnelage se traduisant par une faible baisse de l’offre en effectifs du cheptel ovins et caprins de 1 à 2 % par rapport à l’année précédente, a fait savoir le ministère, notant que malgré cette situation, l'offre aujourd'hui est suffisante et la forte demande permettra aux agriculteurs de financer le début de la campagne 2016-2017.

Concernant les prix, les prévisions affichent une stabilité voire une légère baisse par rapport à l’année précédente, a relevé le communiqué, précisant que le prix moyen devrait se situer cette année à près de 2.200 à 2.300 dirhams par tête, contre 2.300 à 2.400 dirhams en 2015.

Par ailleurs, le ministère assure que l'état sanitaire du cheptel national, notamment celui des ovins et des caprins, est satisfaisant dans l'ensemble des régions du royaume.

Il est à noter que la fête de l'Aïd Al Adha représente une part importante de chiffre d’affaires pour les agriculteurs pour lesquels l’élevage de petits ruminants représente la principale source de revenus. Ainsi les transactions commerciales des animaux d’abattages à l’occasion de cette fête religieuse permettront de générer un chiffre d’affaires d’environ 10 milliards de dirhams, selon le ministère de l’Agriculture.

Le département d’Akhannouch assurera un suivi rapproché de l’approvisionnement des différents marchés pour observer de près les cours des animaux commercialisés notamment au niveau des grandes surfaces, des souks ruraux et des principaux points de vente au niveau des villes et de l’état sanitaire des animaux par les services vétérinaires relevant de l’ONSSA.

LIRE AUSSI: Le bilan en demi-teinte de la stratégie des agropoles au Maroc