Huffpost Maroc mg

"Starve your Dog" de Hicham Lasri en projection dans les Instituts français en septembre

Publication: Mis à jour:
HICHAM LASRI STARVE YOUR DOG
Berlinale
Imprimer

CINÉMA - Sélectionné au Festival international du film de Berlin puis au Festival international du film de Toronto, le dernier long métrage de Hicham Lasri, "Starve your Dog", aurait dû logiquement sortir dans les salles marocaines dans le courant de l’année 2016. Sauf que ce n'est pas ce circuit qu’a souhaité suivre le cinéaste.

Pourquoi? "Jusqu’à présent, tous mes films ont été maltraités dans les salles. Les projections étaient pauvres et les conditions d’immersion dans les films n’étaient pas intéressantes”, confie au HuffPost Maroc Hicham Lasri. Pour le réalisateur de “C’est eux les chiens”, les salles marocaines et les distributeurs "veulent du cinéma facile, des fast-food movies".

"Les distributeurs ne laissent aucune fenêtre ouverte pour les films différents, qui demandent de la passion. Ces films ont un public très restreint mais qui existe malgré tout", dénonce celui qui a choisi de projeter son dernier long métrage, qui revient sur le ministre controversé Driss Basri, dans les Instituts français du royaume.

"Starve your Dog" sera ainsi projeté les 15 et 20 septembre à Tanger, les 18 et 20 septembre à Rabat, les 20 et 29 septembre à Casablanca, le 23 du même mois à Tetouan et à Meknès, le 27 à Agadir, le 28 à Marrakech, le 30 à Kénitra, le 7 octobre à Nador et le lendemain à Oujda. La plupart des projections seront animées par l’équipe du film dont fait partie l’actrice marocaine Latefa Ahrrare.

Un format boudé par les cinémas marocains

Vu que le cinéma de Hicham Lasri ne s’insère pas dans un format "mainstream", les distributeurs ou multiplexes comme le Mégarama ne souhaitent pas mettre en avant ce genre de production. "C’est triste, mais je suis le bienvenu dans les instituts français alors que ce n’est pas le cas dans les salles marocaines”, regrette le réalisateur, qui estime que celles-ci "se permettent de retirer les films qui ne marchent pas dans l’immédiat".

Une pratique relativement récente selon l’artiste, qui rappelle que "le Centre cinématographie marocain imposait dans le passé la projection d’un film marocain une semaine au moins à sa sortie, afin de garantir l’existence d’un cinéma marocain dans les salles". Une méthode qui ne plaît pas aux professionnels du secteur à la recherche du gain. "Le cinéma n’est pas encore une industrie au Maroc, c’est un outil de culture”, estime Lasri.

Mais s’il est boudé par ses compatriotes, le réalisateur de "The End" peut néanmoins être fier de l’écho de son travail à l’international. “Starve your Dog” a été projeté à Toronto, à Berlin ou encore au Museum of Modern Art (MoMa) à New York.

Des sorties et des projets à l’international

Pendant que “Starve your Dog" sera en tournée dans les Instituts français, de l’autre côté de la Méditerranée, en France, sortira en salles "The Sea is Behind", son prédécesseur. “Très peu de films marocains sortent à l’international”, se réjouit l’artiste qui publiera le même mois sa première bande-dessinée aux éditions Le Fennec. Vaudoo sortira donc fin septembre en France.

“J’ai fait quatre films en trois ans, ce qui est beaucoup. Je compte donc laisser ‘The Sea is Behind’ exister à l’international, afin de penser à la sortie de ‘Starve your Dog’ en France”, confie Hicham Lasri.

LIRE AUSSI: