Huffpost Tunisie mg

Enseignement religieux dans les centres de protection sociale: Une "menace pour la civilité de l'État" selon la LTDH

Publication: Mis à jour:
MOUSSA
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

La Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) a réclamé, mardi, l’annulation de l’accord de coopération conclu, le 19 août 2016, entre le ministère des Affaires sociales (MAS) et le ministère des Affaires religieuses (MAR) qui, a-t-elle estimé, s’oppose aux articles 6, 7, 15 et 16 de la Constitution, à la Déclaration universelle des droits de l’Homme ainsi qu’aux principes prévus dans les Conventions internationales relatives à la protection des catégories vulnérables.

En vertu de cet accord, le ministère des Affaires religieuses affecte des prédicateurs, des imams et des professeurs spécialisés pour enseigner dans les centres de protection sociale et d’enseignement pour adultes, l’objectif étant de renforcer l’encadrement religieux des catégories sociales vulnérables.

Tout en appelant le ministère des Affaires sociales à trouver de véritables alternatives pour la réinsertion des catégories vulnérables, la LTDH a jugé indispensable de rendre public tous les accords signés par le département avec les structures, les institutions et les organisations de la société civile et de vérifier leur conformité aux principes des droits de l’Homme et aux valeurs de la République, dans l’ultime objectif de protéger les catégories vulnérables.

“Cet accord représente une menace pour la civilité de l’État et la neutralité du service public”, a-t-elle indiqué, s’interrogeant, à ce propos, sur les objectifs de cet accord qui, a-t-elle dit, “s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme national de lutte contre le terrorisme”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.