Huffpost Algeria mg

Des négociations avec les autorités saoudiennes pour passer à 40.000 hadjis algériens en 2017

Publication: Mis à jour:
42126181BD7C7AD24134BC864C872709_L
DR
Imprimer

Des négociations pour porter dès 2017 le quota algérien des hadjis à 40.000 personnes sont en cours avec les autorités saoudiennes, a annoncé, mardi 23 août, le ministre des Affaires Religieuses et des Waqfs, Mohamed Aïssa.

"Nous sommes en négociation avec le ministère saoudien du Hadj pour augmenter, l’année prochaine, le quota algérien de hadjis à 40.000 personnes", a-t-il indiqué, en marge du départ du 8e contingent de pèlerins pour les Lieux Saints de l’Islam à partir de l’aéroport international Ahmed Ben Bella d’Oran.

Mohamed Benaïssa a souligné que la demande des Algériens pour le Hadj est en hausse d’année en année. Le quota actuel (30.000 hadjis) ne suffit plus.

"Près d’un million de personnes se sont inscrits, cette année, pour le hadj. Les négociations en cours permettront d’augmenter le quota à 40.000 hadjis" a indiqué le ministre, qui n’exclue pas à l’avenir l’organisation d’un "tirage au sort électronique", puisque la technologie actuelle le permet.

D’autre part, le ministre a averti que "des sanctions sévères seront prises à l’encontre de tous ceux qui se rendent coupables de négligence vis-à-vis de la prise en charge des hadjis algériens aux Lieux Saints".

"Qu’ils soient cadres, gérants d’agences de voyages ou autres, ceux qui manquent à leur devoir vis-à-vis des hadjis algériens seront sévèrement sanctionnés, soit par le licenciement, soit par l’exclusion des futurs campagnes de hadj", a insisté le ministre. Il a souligné que "la prise en charge des pèlerins est un honneur et un devoir recommandé par les préceptes de l’Islam".

Dans ce cadre, Mohamed Aïssa a rappelé la nouveauté pour la campagne hadj 2016 pour les algériens qui consiste à accueillir les hadjis algériens à leur arrivée à l’intérieur même des enceintes aéroportuaires de la Mecque et de Médine par les représentants de l’office national du hadj et de la Omra afin de leur faciliter les démarches et autres procédures de police, de douanes, entre autres.

"Notre mission est d’accompagner et de faciliter toutes les démarches à nos hadjis, du début à la fin du rite, de leur départ à leur retour au pays", a-t-il indiqué.

S’adressant aux futurs hadjis, le ministre des Affaires Religieuses et des Wakfs les a exhortés d’être dignes de l’histoire de leur pays. "Soyez les ambassadeurs de votre pays et donnez une bonne image de la nation algérienne et de son Islam modéré qui préconise l’entraide et le respect d’autrui", a-t-il insisté.

Quelque 370 futurs hadjis, dont 240 d’Oran et 130 d’Aïn Temouchent ont pris le départ, mardi après midi, vers les lieux saints de l’Islam pour accomplir le rite du pèlerinage sur un vol d’Air Algérie.

Au total, 6.937, soit une moyenne de 280 hadjis par jour, prendront le départ d’Oran vers les Lieux saints. Ils sont des 14 wilayas de l'ouest du pays dont 450 passagers en provenance de Béchar et Tindouf et 820 passagers d'Adrar.

Pour rappel, 13 vols sont assurés par la compagnie nationale Air Algérie et 11 vols par la compagnie "Saudi Airlines", soit 24 vols au total. Le premier vol a eu lieu le 18 août dernier.

LIRE AUSSI: "L'Algérie n'a pas besoin d'une tierce partie pour évaluer ses affaires religieuses", estime Mohamed Aïssa

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.