Huffpost Maroc mg

Scandale sexuel: Le PJD au pied du MUR

Publication: Mis à jour:
NEJAR
Scandale sexuel: Le PJD au pied du MUR | DR
Imprimer

POLÉMIQUE - Qui l’aurait cru? A quelques mois des élections législatives, la réputation "islamique" du Parti de la justice et du développement (PJD) est entachée par un scandale sexuel très singulier. Deux responsables du Mouvement unicité et réforme (MUR), l’aile religieuse du parti au pouvoir au gouvernement, ont été pris en flagrant délit d’adultère sur une plage de Mohammedia.

Moulay Omar Benhammad, 63 ans et Fatima Nejjar, 62 ans, tous les deux vice-présidents du MUR, ont été surpris samedi soir par la police alors qu’ils se trouvaient "dans une posture sexuelle" à bord d'une grosse cylindrée. L’affaire a été rapportée par le journal arabophone Al Ahdath et fait depuis beaucoup de bruit au Maroc.

Suspendus du MUR

Placés dans un premier temps en détention, les deux tourtereaux se sont vus accorder par la suite la liberté provisoire. Pour sa défense, Moulay Omar Benhammad, déjà marié et père de sept enfants, a affirmé être lié à Fatima Nejjar, veuve et mère de six enfants, par un mariage "coutumier". Elle devra tout de même comparaître en justice début septembre pour complicité d'adultère, alors que Benhammad, lui, ne sera pas poursuivi, son épouse actuelle n’ayant finalement pas déposé plainte. Il a été cependant accusé de tentative de corruption sur les deux policiers qui l’ont surpris.

Après la divulgation du scandale, les deux responsables du parti ont été "suspendus de toutes les structures du mouvement", a annoncé le MUR dans un communiqué, à l'issue d'une réunion d'urgence de son bureau exécutif. Pour ce dernier, la "faute gravissime" qu’ils ont commise "est une violation des principes du mouvement, de ses orientations et de ses valeurs".

La théorie du complot invoquée

Interrogée par Le Desk, une source proche du PJD et du MUR a accusé illico un complot. Selon elle, cela ferait six mois que Moulay Omar Benhammad et Fatema Nejjar projetteraient de se marier. La direction du MUR et le cercle familial des deux intéressés auraient toutefois désapprouvé ce projet d’union.

Aussi, les deux amants "n’ont pas renoncé à leur volonté de s'unir et ont maintenu leurs relations dans l’attente de trouver une issue à leur situation", précise la même source.

Le scénario d’une conspiration a été aussitôt avancé par les proches du couple. "Ils étaient dans une voiture en train de discuter avant que trois véhicules de la BNPJ (Brigade nationale d’investigation judiciaire, ndlr) ne les encerclent à 7h du matin. Ils étaient manifestement sous surveillance et filés", a argué la même source. Selon cette dernière, il y aurait dans cette affaire une "volonté de nuisance autour d’un thème sensible et souvent usité contre des personnes connues pour leur religiosité".

Ahmed Raissouni, qui a dirigé le MUR jusqu'à 2003, voit également du complot dans l'histoire. Dans un article publié ce lundi sur son site web, il dénonce une "machination" et une "exploitation policière" de "l'attitude de ces deux personnes un peu trop impatientes de se marier légalement".

Une autre figure du salafisme marocain, proche du PJD, a également fait part de son soutien aux deux responsables du MUR. Sur son compte Facebook, Hammad El Kabbaj a dénoncé l’interpellation du couple par la police, évoquant également la "fabrication d’une fausse accusation" et l’ "espionnage" des pas et des gestes des deux vice-présidents du MUR, comme le relève Yabiladi.com.

"Pourquoi Ahmed Assid et Malika Mazan ( militants marocains amazighs) n'ont pas été poursuivis lorsqu'ils avaient annoncé leur mariage au nom du dieu Yako? N'était-ce pas un mariage coutumier?", a écrit pour sa part le cheikh salafiste Mohamed Fizazi, qui officie à la mosquée Tariq Ibn Ziyad de Tanger.

Les réseaux sociaux s'en mêlent

En tous cas, l’idylle du couple du MUR n’a pas manqué de faire parler d’elle sur les réseaux sociaux. Sur Facebook et Twitter, les internautes marocains n’ont pas hésité à tourner l’affaire en dérision, comme on peut le voir dans les commentaires ci-dessous:

Il est à noter que dans une ancienne vidéo, publiée en 2011 sur Youtube, Fatima Nejjar donnait déjà de curieux conseils aux jeunes filles, leur assurant notamment que "certains rires" pouvaient entrer dans "le domaine de la fornication (Az-zina)".

LIRE AUSSI: