Huffpost Tunisie mg

Mustapha Kamel Nebli : "Le nouveau gouvernement signe le retour du régime présidentiel en Tunisie"

Publication: Mis à jour:
KAMEL NABLI
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Deux jours après l'annonce du gouvernement d'union nationale, présidé par Youssef Chahed, composé de 26 ministres. Les premiers échos commencent à affluer et cette fois c'est au tour de Mustapha Kamel Nebli, de commenter cette nouvelle formation.

Invité à l'émission Expresso, sur les ondes d'Express Fm, Nebli est revenu sur sa dernière déclaration où il se dit "inquiet pour l'avenir de la Tunisie". L'ex gouverneur de la banque centrale, a mis l'accent sur le fait que ce cabinet a été formé en se concentrant sur 'les personnes' au lieu des problématiques.

"En Tunisie, nous sommes malheureusement réduits aux noms, qui est venu? Qui est parti? Qui remplace ? Les ministres ne sont pas choisis sur la base de leur aptitude à résoudre des problématiques préalablement discutées, ils sont choisis sur la base de leur expérience et ce n'est pas la bonne approche à adopter en cette période de crise", dit-il.

Nebli, a listé les points forts et points faibles du nouveau gouvernement. Selon lui, ce nouveau gouvernement fait ressortir deux points positifs dans l'ensemble à savoir, l'ascension des femmes à la tête de ministère ainsi que l'âge moyen du gouvernement qui est assez jeune, selon lui.

Il estime par ailleurs que ce nouveau gouvernement jouit d'une grande capacité communicative, qu'il faudra utiliser à bon escient. Mais il regrette le fait que ce gouvernement, n'ait pas de leadership politique.

"Ce gouvernement n'est pas politiquement guidé, d'ailleurs on ne connaît même pas son orientation, est il politique ou technocrate?" s'est-il interrogé.

Et à l'expert d'ajouter que "La plupart des membres de ce gouvernement n'ont pas d'appartenance politique ou partisane, aucun parti n'est bien représenté dans ce gouvernement. Il est un important qu'un gouvernement ait une orientation partisane claire, ainsi ledit parti supportera les pertes et échecs'.

Nebli estime que ce gouvernement illustre le retour du régime présidentiel en Tunisie, car il ne s'agit pas du choix du parlement mais du président, "nous sommes pratiquement dans un régime présidentiel"précise-t-il.

Une commission d'experts financiers indépendants pour "dire la vérité au peuple"

"Economiquement parlant, ce ministère compte plusieurs noms intéressants mais la question qui se pose est de savoir si ces personnes pourront travailler ensemble car parmi les principaux freins du gouvernement Essid, c'était le manque de communication et l'incapacité pour les équipes ministérielles de travailler ensemble" a-t-il estimé.

"Nous sommes dans une situation financière chaotique, je souhaite vraiment que ce gouvernement charge une commission composée d'experts indépendants afin de renseigner sur la situation économique et financière du pays", a-t-il déclaré.

Le ministre recommande que cette commission étudie la situation financière du pays à savoir, les finances publiques, les caisses nationales, l'Etat et les salaires. "Il faut arrêter de compter sur le FMI pour nous donner des chiffres, il faut mener nos études et sortir nos propres rapports" précise Nebli.

Il recommande aussi au nouveau ministère des finances, présidé par Lamia Zribi de travailler en équipe en partageant la même vision à savoir comment affronter la crise financière à tous les niveaux : finances publiques, caisses, et salaire.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.