Huffpost Maroc mg

Une Marocaine lance une ligne de lingerie féministe au Royaume-Uni

Publication: Mis à jour:
NEONMOON
Une Marocaine lance une ligne de lingerie féministe au Royaume-Uni | Instagram / Neonmoonco
Imprimer

PORTRAIT – Elle s’appelle Hayat Rachi, a 26 ans, et depuis quelques mois, elle est à la tête d’une start-up qui a tout pour plaire. Britannique, mais aussi Marocaine de nationalité, la jeune entrepreneuse a lancé en 2015 sa première ligne de lingerie pour femmes "normales", à travers la marque Neon Moon. Son projet, qui se veut 100% "féministe", fait beaucoup parler de lui au Royaume-Uni.

"J'ai créé Neon Moon en 2014, après avoir été faire du shopping à Westfield London (un centre commercial à Londres, dans le quartier de Hammersmith, ndlr) pour acheter de la lingerie. J'étais dans une file d'attente où il y avait deux jeunes adolescentes en face de moi qui tenaient un soutien-gorge et qui se demandaient comment elles allaient faire pour que leurs seins paraissent gros. J’ai eu comme un sentiment de déjà-vu", confie la jeune styliste au HuffPost Maroc.

"J’ai quitté le magasin sans rien acheter, mais je me suis demandé: existe-t-il vraiment une marque de lingerie qui permet aux femmes de se sentir bien? Je ne pouvais en citer aucune. Donc, au lieu d'attendre que les marques changent, j'ai créé le changement à la place".

neonmoon

Parmi les raisons qui ont poussé Hayat Rachi à se lancer dans cette voie, il y a aussi la discrimination dont elle était victime dans son enfance, "en tant que Marocaine vivant à Londres". Selon elle, ses "épais cheveux bouclés", son "gros nez" et son "corps poilu" lui attiraient des critiques. "Je ne ressemblais pas aux filles britanniques et pourtant, je voulais me sentir belle et représentée. Quand j’ai créé Neon Moon, je voulais m’assurer que les autres filles ne passent pas par ce que j’ai subi", explique-t-elle.

Pour que les femmes s'aiment

L'aventure commence lorsqu’elle présente son projet à "The Prince’s Trust", un organisme de charité affilié à la famille royale de Grande-Bretagne. "Ils m’ont soutenue pour une année avec un programme d'entreprise et depuis, le projet Neon Moon est devenu un vrai tourbillon". La marque en question défend la diversité, l’égalité, mais surtout l’autonomie de la femme, en bannissant de ses campagnes tout ce qui est "objectivation, exploitation, sexualisation", ou Photoshop.

"Nous croyons que les femmes de toutes les ethnies sont belles, nous ne devrions pas faire pression sur elles pour qu’elles ressemblent à la norme très étroite de la beauté qui nous encercle constamment", assure-t-elle. En gros, sa lingerie "ne prend pas le regard masculin en compte. C’est une marque faite par des femmes pour que les femmes s'aiment".

La preuve, les sous-vêtements qu’elle propose ne comportent ni rembourrages, ni push-up et encore moins d'armatures. Le but étant de mettre en valeur le corps de la femme au naturel "de sorte à ce qu’elle crée la forme du vêtement et non l'inverse".

"C’est beau de voir que le même soutien-gorge a l'air si différent d'une femme à une autre. C’est ce que nous apprécions chez Neon Moon. Nos formes et nos corps sont beaux au naturel et ne doivent pas être moulés dans quelque chose de différent pour être appréciés".

Fière de ses racines

Hayat Rachi évoque également sa relation avec le Maroc, son pays d’origine. "C’est là où j'ai découvert des femmes fortes qui défendent leurs droits, et leur droit d'être belles. Chaque femme marocaine est si belle et unique. Le fait d’avoir été élevée au milieu d'une culture si dynamique a certainement inspiré mes choix de couleurs et de style. Les femmes marocaines sont incroyables et m’inspirent tous les jours, c’est magnifique de voir le Maroc devenir un havre de la culture et de la mode", indique-elle, ajoutant que le fait d’être une femme "de couleur" en Grande-Bretagne n'a pas été facile, mais qu'elle garde un lien très fort avec son héritage et sa patrie.

Elle est aussi la seule de sa famille à avoir été à l’université, en Angleterre. "Mes parents sont venus en Angleterre pour moi, pour que je puisse avoir les meilleures opportunités de vie possibles. Leur détermination a payé. Pendant mon enfance, je participais souvent à des vide-greniers où je vendais ma lingerie et mes vêtements en contrepartie d’un maximum d'argent possible", poursuit-elle, expliquant que ce sont ses parents qui lui ont appris "le travail acharné et la négociation intelligente" dès son plus jeune âge.

"D’autant plus que je suis une fille, alors que la plupart attribuent le sens des affaires aux garçons. Mes parents ne m’ont jamais posé de restrictions dans ce sens. Mon éducation est d’ailleurs la raison pour laquelle je peux voir la beauté dans tout le monde et voir que les femmes ont encore un long chemin à faire pour l’égalité dans le monde", affirme la jeune créatrice de mode.

Un bilan positif

Aujourd’hui, plus d’un an après le lancement de sa marque en mars 2015, celle-ci s'est "incroyablement développée". A l’époque, la jeune femme avait frappé à la porte de Kickstarter, une plateforme américaine de financement participatif, qui lui a justement permis de se lancer sur le marché.

"Notre marque est devenue virale sur le web au point que l'on a été soutenus par des célébrités comme l'actrice américaine Zooey Deschanel (qui joue notamment le premier rôle de la série "New Girl") et George Takei (Hikaru Sulu dans la série "Star Trek"). Notre communauté s’agrandit et c'est la seule façon pour nous d'aller de l'avant dans l'industrie de la mode", conclut la jeune femme.

Une chose est sûre: Hayat Rachi et Neon Moon ont un avenir prometteur. "Nous avons beaucoup de campagnes passionnantes à venir, alors restez branchés", prévient-elle.

LIRE AUSSI: