Huffpost Maroc mg

Comment Airbus imagine nos transports du futur

Publication: Mis à jour:
AIRBUS TRANSPORT
Airbus travaille sur trois projets pour imaginer les transports urbains du futur. | Airbus
Imprimer

TRANSPORTS - Quand on imagine les transports de demain dans les grandes mégalopoles, on pense à la voiture autonome, électrique, ou encore à l'hyperloop. Mais on a toujours du mal à croire à une voiture volante, la faute sûrement à ces fameuses cartes postales qui nous les promettaient en l'an 2000 un siècle plus tôt.

Pourtant, Airbus y croit. Le géant européen de l'aéronautique a en effet dévoilé sa vision des transports de demain dans nos villes et, logiquement, celui-ci se fera dans le ciel. Repéré par Business Insider le plan qu'Airbus a mis en ligne évoque trois projets en développement, qui semblent un peu fous mais sur lesquels la société semble parier.

Le retour de la voiture volante en 2017

Le premier n'est autre qu'un véhicule volant autonome individuel, dont le nom de code est Vahana. Airbus affirme que ses équipes travaillent déjà sur un prototype qui devrait faire son premier vol d'ici fin 2017.

Cela vous semble un peu tôt? Le fait est que de nombreuses sociétés travaillent sur l'idée d'un jet privé à décollage vertical ou d'un drone-véhicule, bref, d'une sorte de voiture volante. Le PDG de Google a même investi 100 millions de dollars dans une start-up à ce sujet. Une société slovaque a déjà fait voler un prototype et compte le commercialiser en 2017.

Pour Airbus, les technologies de vol sont déjà là. Le "plus gros challenge" concerne l'automatisation de la conduite. Car si la technologie des voitures autonomes et de plus en plus mûre, l'équivalent dans les airs est encore au stade embryonnaire.

Le constructeur européen va donc travailler là-dessus. Lancé depuis février, le projet imagine, d'ici 10 ans, une sorte d'Uber du véhicule volant personnel, que l'on réserve via son smartphone.

Un taxi-drone géant

airbus transport

Le problème de cette voiture volante, c'est qu'elle coûtera certainement assez chère. Et encore faut-il que la régulation des drones et véhicules volants autonomes soit clarifiée. Alors en parallèle, des développeurs en France et en Allemagne travaillent sur un autre projet d'une "plateforme électrique pour plusieurs passagers". Nom de code: CityAirbus.

Présenté comme une sorte de drone gigantesque avec de multiples hélices, ce taxi du futur sera au départ dirigé par un pilote professionnel, puis sera rendu autonome quelques années plus tard quand la législation le permettra. Les équipes d'Airbus travaillent sur le projet depuis deux ans.

La société ne souhaite pas donner beaucoup de détails techniques, si ce n'est qu'une étude de faisabilité a été effectuée (avec des conclusions positives) et que ce taxi pourra être réservé via une application. Le passager devra ensuite se rendre dans la plus proche hélisurface (zone où un hélicoptère peut se poser).

Plusieurs personnes pourront prendre le même CityAirbus, ce qui permettra de réduire les coûts. Pas plus cher qu'un taxi, plus rapide car évitant les bouchons et plus écologique, voici les promesses. La société imagine notamment des transports d'un aéroport jusqu'au centre-ville.

Une fourmilière de drones de livraison

Le dernier grand projet imaginé par Airbus ne transportera pas quelqu'un, mais quelque chose. Le but de "Skyways" est de démocratiser le déplacement de marchandises par drone. D'ici l'été 2017, Airbus va pouvoir tester un système global de livraison par drone au sein du campus de l'université nationale de Singapour.

Pour ce faire, la société est en train de créer un drone autonome et toute une infrastructure permettant sa circulation. "Le but de ce projet est d'évaluer l'efficacité économique d'un tel système de transport et de fournir une preuve tangible aux autorités et au grand public que les drones commerciaux peuvent fonctionner en toute sécurité dans des zones urbaines".

L'idée n'est bien sûr pas de faire parcourir des centaines de kilomètres à des drones, mais de couvrir le "dernier kilomètre", la livraison du dernier lieu de dépôt jusqu'au client, qui représente un coût important. Airbus a imaginé des "corridors aériens" par lesquels les drones passeraient afin de livrer différentes marchandises.

airbus transport

Pour Airbus, le but de tous ces projets de recherche n'est pas de faire la course avec Amazon ou Google, mais justement de rendre accessible le ciel à ces entreprises... qui pourraient ainsi devenir des clients d'Airbus. "La contribution de Skyways, CityAirbus et Vahana en matière de régulations et d'acceptation du public permettront à un réseau de transport multimodal de se développer" dans les villes de demain, estime la société.

"Je ne suis pas un grand fan de Star Wars, mais ce n'est pas si fou d'imaginer qu'un jour nos mégalopoles auront des voitures volantes", affirme le PDG d'Airbus, Tom Enders. "Dans un futur pas si lointain, nous utiliserons nos téléphones pour réserver des taxis volants entièrement autonomes qui nous déposeront devant notre porte d'entrée", affirme-t-il carrément.

Il reste encore beaucoup de travail et beaucoup de barrières technologiques, psychologiques et législatives à lever avant qu'un tel futur ne puisse se réaliser. Espérons que la vision d'Airbus aura plus de succès que les pronostics sur la voiture volante du début du XXe siècle.

LIRE AUSSI: