Huffpost Maroc mg

"The Invisible Enemy", une série-documentaire sur ces Marocains qui luttent contre le terrorisme (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

TÉLÉVISION - On parle souvent de ces jeunes Marocains radicalisés qui partent combattre en Syrie ou en Irak dans les rangs de Daech. Un peu moins de ceux qui luttent, à leur échelle, contre ce phénomène.

C'est pour montrer comment des militants, intellectuels ou même sportifs marocains tentent de contrer la montée de l'extrémisme religieux que le producteur Driss Sekkat, primé à plusieurs reprises pour des documentaires sur les printemps arabes ou la jeunesse égyptienne, s'apprête à diffuser une trilogie documentaire sur la chaîne américaine Alhurra TV.

Intitulé "The Invisible Enemy", ("L'ennemi invisible"), ce documentaire en trois épisodes qui seront diffusés en prime-time sur la chaîne satellitaire les 20, 27 août et le 3 septembre prochain, "tâche d'illustrer le rôle stratégique du Maroc dans la lutte contre la menace du terrorisme", explique Driss Sekkat au HuffPost Maroc. Le teaser a déjà été dévoilé, comme vous pouvez le voir en tête d'article.

Suite à une commande de la chaîne américaine qui l'a contacté pour produire ce documentaire, le producteur a voulu imaginer "un format original et créatif, rendant accessible la compréhension de ce phénomène hyper-sensible, et qui affecte nos vies au quotidien", indique-t-il.

Des intervenants d'horizons divers

La série-documentaire, qui sera aussi disponible sur YouTube et d’autres réseaux sociaux après la diffusion officielle, met ainsi en scène plusieurs intervenants d'horizons très divers mais qui oeuvrent tous pour la même cause: "prévenir, lutter, et faire la guerre au terrorisme".

Il y a Asma Lamrabet, médecin, théologienne et membre de la Rabita Mohammadia des oulémas, "qui milite pour une interprétation moderne du texte coranique et une rectification de la lecture erronée faite par ceux qui préconisent la violence, appelant à un djihad aveugle", indique Driss Sekkat.

Mais également le cheikh salafiste Abdelkrim Chadli, qui avait été condamné à 30 ans de prison après les attentats survenus à Casablanca en mai 2003, puis gracié en 2011.

Aziz Baghough, entraîneur de boxe dans les bidonvilles de Sidi Moumen, le quartier qui avait vu naître et grandir la plupart des auteurs des attentats de Casablanca, a lui aussi été choisi par la production pour témoigner de son combat: "celui d’attirer vers le sport ces adolescents et enfants oisifs, lesquels, à tout instant, peuvent être manipulés, endoctrinés et radicalisés", indique Driss Sekkat.

"Nous avons également filmé Boubker Mazoz, qui est à la tête du Centre Idmaj de Sidi Moumen, depuis une dizaine d’années. Ce retraité s’est donné pour mission première de s’attaquer aux trois sources majeures du radicalisme qui sont la précarité, l’exclusion sociale et la violence", ajoute le producteur.

Zineb Haïdara, une "morchida" casablancaise détachée par le ministère des Habous et des Affaires islamiques, qui consacre la majeure partie de son temps à promouvoir un islam tolérant dans les mosquées ou en rendant visite à des domiciles privés, intervient aussi dans le documentaire.

Un mal, plusieurs causes

"Notre but était de démontrer que la radicalisation pouvait être lue selon l’environnement dans lequel on vit, et que chacun dans la société analyse et juge à sa manière l’origine et les causes de ce mal aigu", explique le producteur, qui a donc voulu "aider à entrevoir les vrais mobiles déclenchant cette vague d’extrémisme".

Quant à savoir qui est vraiment "l'ennemi invisible", la question reste ouverte et soumise à l'appréciation du spectateur. "La trilogie offre un aperçu très profond des différentes causes menant à la radicalisation, laissant aux spectateurs le soin de décider qui est the “invisible enemy”. Cela dépendra de leurs convictions et aussi de leurs jugements, suite à l’observation et au cheminement de tous les intervenants", conclut Driss Sekkat.

LIRE AUSSI:
Le producteur marocain Driss Sekkat primé à New York (VIDÉO)

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Dix films cultes marocains
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction