Huffpost Maroc mg

Plan Maroc culture, écologie, croissance économique... Les principaux points du programme électoral du PPS

Publication: Mis à jour:
NABIL BENABDELLAH
DR
Imprimer

POLITIQUE - À l'approche des élections législatives, les partis politiques marocains finalisent leurs programmes électoraux. Le Parti du progrès et du socialisme (PPS), dirigé par Nabil Benabdellah, ne déroge pas à la règle, et est en train de mettre les dernières touches sur son programme, dont le HuffPost Maroc dévoile, en primeur, les grandes lignes. Quels en seront les principaux axes? Sur quels aspects portera-t-il? Éléments de réponse avec Abdelahad El Fassi, membre du bureau politique du PPS, qui a fait partie de ceux qui ont chapeauté l'élaboration du programme électoral du parti.

"Nous sommes en train de finaliser le document après tout un processus de discussions, de concertation, et après l'organisation d'un certain nombre de rencontres", nous déclare Abdelahad El Fassi, qui précise que le programme sera présenté début septembre. L'architecture générale du programme électoral du parti permet de dégager cinq principaux axes.

Politique sociale, développement intégré

"Le premier grand axe est celui de la politique sociale, et tout ce qui va dans le sens de la mise à niveau et de la qualification du facteur humain, qu'il s'agisse de la santé, du logement, du sport ou de la culture. Nous avons accordé beaucoup d'importance à tout ce qui relève de la solidarité avec le monde rural, les gens en situation de handicap ou les personnes du troisième âge", explique Abdelahad El Fassi.

Un volet important sera, par ailleurs, consacré à la question de la femme et celle de la jeunesse, "avec cette grande idée que le développement doit être obligatoirement orienté vers la satisfaction des besoins des citoyens, et qu'il faut que personne ne reste sur le bord du chemin", ajoute El Fassi.

Le PPS a également consacré une partie considérable de son programme à la culture, et défend "l'idée d'un plan Maroc culture".

Croissance et investissement

Le second axe tourne autour de questions économiques, sans jamais les décorréler du social. "Nos propositions portent sur les aspects liés à la croissance, à l'investissement, à l'encouragement de l'entreprise ou encore la réforme fiscale, toujours en défendant l'idée que croissance économique, compétitivité et rentabilité financière ne doivent pas être en contradiction avec la justice sociale", précise Abdelahad El Fassi.

Le volet économique du programme du PPS se préoccupe également "de la prévoyance sociale, du système des retraites, du pouvoir d'achat, etc. Nous sommes contre l'idée que la compétitivité se fasse au prix d'une atteinte aux droits des travailleurs, ou une tolérance vis-à-vis d'un certain nombre d'infractions aux règles sociales ou même écologiques".

L'écologie dans les politiques publiques

Le troisième axe porte, justement, sur la question écologique, et "comment renforcer la dimension écologique dans les politiques publiques. Nous avons accordé beaucoup d'importance à cet aspect, en examinant et en recensant toutes les conditions afin que la dimension écologique prenne toute son importance: que ce soit dans la qualification et l'aménagement du territoire, la question de l'eau, la lutte contre la désertification, les énergies renouvelables, l'économique circulaire, etc.", détaille Abdelahad El Fassi.

Bonne gouvernance et mise en oeuvre de la Constitution

Le quatrième volet "porte sur les aspects de la gouvernance, ainsi que la mise en oeuvre démocratique de la Constitution". Le PPS y défend "une conception avancée de la mise en oeuvre de la Constitution, en rapport avec l'exercice des droits et les libertés. Nous avons donc recueilli un certain nombre de propositions afin d'aller le plus loin possible en matière de libertés", en rapport avec "les questions de gouvernance, de réforme de l'administration ou de lutte contre la corruption", ajoute notre interlocuteur.

La diplomatie et la question migratoire

Le cinquième et dernier volet du programme électoral du Parti du progrès et du socialisme concerne "la place du Maroc dans le monde. Nous y revenons sur tout ce qui est en rapport avec la question de l'intégrité territoriale, la diplomatie, notamment économique, la stratégie d'ouverture sur l'Afrique, et bien sûr la question migratoire", indique Abdelahad El Fassi.

La question migratoire sera abordée sous le prisme de "la défense de la dignité des migrants, aussi bien ceux qui viennent vers nous, que nos compatriotes à l'étranger. Car aujourd'hui, il est nécessaire de défendre leurs droits, dans une situation complexe où ils sont plus que jamais menacés".

LIRE AUSSI: