Huffpost Maroc mg

Et si Abdelaati Iguider était le dernier espoir du Maroc aux JO de Rio?

Publication: Mis à jour:
ABDELAATI IGUIDER
Abdelaati Iguider est encore le seul athlète marocain en lice à deux jours de la fin des JO | ANDREAS SOLARO via Getty Images
Imprimer

JEUX OLYMPIQUES – A deux jours de la fin du rendez-vous olympique, le Maroc n’a obtenu qu’une médaille, toutes compétitions confondues, avec le bronze du boxeur marocain Mohamed Rabii dans la catégorie des “welters moins de 69 kg“, soit le même nombre et la même couleur que pour les JO de Londres en 2012. A ce stade de la compétition, le Maroc pointe à la 72e place du tableau des médailles.

La finale de tous les enjeux

L’espoir semble cependant renaître avec la qualification d’Abdelaati Iguider, repêché au temps après avoir couru le quadruple tour de piste en 3:40:11", ce jeudi 18 août lors de la demi-finale. L’athlète de 29 ans a eu plus de chance que ses deux compatriotes éliminés, Brahim Kaazouzi, arrivé treizième lors de la première demi-finale en 3:48:66" et Fouad El Kaam, qui s’est classé 9e avec un temps de 3:40:93".

Abdelaati Iguider a terminé sixième de sa série et rejoint en finale douze autres concurrents dont les Kenyans Asbel Kiprop et Ronald Kwemoi mais aussi l’Algérien Taoufik Makhloufi, déjà médaillé d’argent sur 800 mètres. Une finale qui s’annonce donc très relevée pour Iguider qui se trouve presque face au même scénario que pour les JO de Londres il y a quatre ans.

Contacté par le HuffPost Maroc, Moncef Yazghi, spécialiste des politiques sportives, relève les enjeux de cette course qui constitue un défi pour le seul représentant du Maroc dans cette finale du 1.500 mètres. "Abdelaati Iguider est un homme de défi. A Londres, le Maroc a failli rentrer sans aucune médaille et il lui a permis de sortir la tête de l’eau en arrachant une médaille de bronze", analyse le spécialiste.

Mais le coureur a d’autres arguments à faire valoir lors de cette finale, même s’il a été repêché au temps. "Au regard des temps de qualifications et des concurrents, la tâche s’annonce difficile. Mais il faut aussi prendre en compte les performances réalisées par Iguider tout au long de la saison, notamment lors du meeting Mohammed VI au mois de mai", estime notre interlocuteur qui ajoute que "les huit années d’expérience d’Iguider comptent plus que son temps de qualification".

Vers une deuxième médaille pour le Maroc?

Né à Errachidia en mars 1987, le nom d’Abdelaati Iguider résonne aux oreilles du public en 2004 lors des Championnats du monde juniors de Grosseto en Italie au cours desquels il s’adjuge la médaille d’or sur 1.500 mètres. Par la suite, il sera médaillé de bronze lors des Jeux méditerranéens de Pescara (Italie) en 2009 puis il décroche la médaille d’or lors des Championnats du monde en salle à Istanbul en 2012.

A Londres, lors des Jeux olympiques, il remporte la médaille de bronze. Une couleur qui restera inchangée puisqu’il se classe 3e de la finale du 1.500 mètres lors des Championnats du monde de Pékin en 2015.

L’athlétisme était jusque-là le plus grand pourvoyeur de médailles pour le Maroc aux Jeux olympiques. Mais, depuis quelques années, les performances des athlètes marocains ont plongé. “En 1997, le Maroc était considéré comme la 5e puissance mondiale en athlétisme. Aujourd’hui, les performances ne suivent plus“, rappelle Moncef Yazghi. On est en effet loin des belles années comme à Sidney 2000 où quatre médailles raflées en athlétisme avaient porté à cinq le nombre de médailles marocaines lors de ces JO.

Depuis, c’est la dégringolade. Les trois médailles du Maroc à Athènes 2004 avaient toutes été remportées en athlétisme. En 2008, les pistes ont encore permis au Maroc de remporter deux médailles à Pékin. Sans la médaille de bronze d’Iguider à Londres en 2012, le Maroc serait rentré bredouille.

Tout le défi pour l’enfant d’Errachidia est donc de changer la couleur de la médaille. Mais au delà de ce défi personnel, Abdelaati Iguider, seul athlète encore en lice, devra sauver les scores de la délégation de 51 sportifs marocains qui n’a remporté jusqu’ici qu’une seule médaille pour sa 14e participation à des jeux.

Iguider relèvera-t-il le défi? Le Maroc accèdera-t-il à une seconde médaille? Réponse ce dimanche à une heure du matin (GMT+1) lors de la finale du 1.500 mètres.

LIRE AUSSI:

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Les plus grands sportifs marocains de tous les temps
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction