Huffpost Tunisie mg

Dernière ligne droite avant l'annonce: Les traits du gouvernement d'union nationale se précisent

Publication: Mis à jour:
YOUSSEF CHAHED
Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Le nouveau chef du gouvernement désigné, Youssef Chahed, a reçu le président du parti Afek Tounes et actuel ministre de l’Investissement et de la coopération internationale, Yassine Brahim, au cours de la matinée de ce jeudi 18 août 2016 à Dar Dhiafa.

A l’issue de cette rencontre, Yassine Brahim a dévoilé que le nouveau gouvernement ne sera finalement pas composé de pôles ministériels et gardera donc sa structure basique actuelle.

Selon le concerné, Chahed a expliqué qu’aller vers la création de pôles ministériels ferait perdre beaucoup de temps avec toutes les procédures administratives que cela demande.

Par ailleurs, le président d’Afek Tounes a déclaré que six des ministres de Chahed seront indépendants; les quatre ministères de souveraineté ainsi que deux autres portefeuilles seraient donc attribués à des personnalités non-partisanes. Cette rencontre a, par ailleurs, permis à Afek Tounes de déposer sa liste de candidats ministériels auprès du chef du gouvernement.

Quelques minutes plus tard, Youssef Chahed a reçu Issam Chebbi et Iyad Dahmani, deux représentants du parti Al Jomhouri. Bien que les concernés n’aient accordé aucune déclaration médiatique, la radio Mosaïque FM a publié une dépêche assurant qu’un poste ministériel a été proposé au parti en question.

Intervenant sur les ondes de Shems FM, le dirigeant au sein d’Al Machroû, Walid Jalled, a déclaré que son parti soutiendra et votera au profit du prochain gouvernement et ce sans y participer. Toutefois, Jalled a expliqué que les députés du bloc d’Al Horra comptent bien prendre en considération les critères de la compétence et de la volonté de réformes de la prochaine équipe gouvernementale.

Pour le porte-parole du Front populaire, Hamma Hammami, le gouvernement qui est en train de se former sera un gouvernement de coalition des partis et non pas un gouvernement d’union nationale. Expliquant que le pays vit une réelle crise, Hammami a indiqué que le Front populaire ne peut pas participer à un gouvernement sans que son programme ne soit appliqué. Pour lui, l’équipe gouvernementale de Youssef Chahed risque fort d’échouer puisqu’il existerait, selon l’intéressé, une guerre de partage pour le pouvoir.

Alors qu’elle s’est faite discrète jusqu’à présent, l’union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) semble vouloir, à son tour, la pression quant au processus de la formation du gouvernement. Après les déclarations de son secrétaire-général, Houcine Abassi – qui a appelé à la nécessité de trouver des remplaçants aux ministres des Finance et des Affaires religieuses –, le secrétaire-général adjoint de la centrale syndicale, Bouali Mbarki, a dénoncé la lenteur de la formation de la nouvelle équipe tout en pointant du doigt les partis politiques qui seraient derrière ce retard.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.