Huffpost Maroc mg

Emojis, rencontres amoureuses... Les confidences de Gad Elmaleh à Vanity Fair (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

COMÉDIE - Gad Elmaleh poursuit son petit bonhomme de chemin au pays de l'Oncle Sam. L'humoriste franco-marocain va débuter le 31 août sa tournée "Oh My Gad" qui l'emmènera aux quatre coins des États-Unis, un rêve qui devient réalité pour le Casablancais qui a toujours été inspiré par les grands artistes américains de stand-up.

C'est dans le cadre de la promotion de son spectacle que Gad Elmaleh a donné une interview au magazine américain Vanity Fair et s'est prêté, face caméra dans un bar new-yorkais, au jeu de la traduction des emojis, ces petites émoticônes qui ont bien souvent une double signification, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessus.

"J'adore être anonyme"

Installé depuis quelques temps à New-York, et plus précisément dans le quartier de Tribeca, l'artiste affirme apprécier l'anonymat que lui apporte le fait de ne pas être une superstar aux États-Unis: "Pas d'entourage, pas de chauffeur, aucune sécurité, rien du tout. J'ai juste mon sac à dos Eastpak et un stylo. J'adore être anonyme dans un endroit où personne ne prête attention à moi".

Il s'étend aussi sur ce cinéma casablancais "old-school où l'on pouvait fumer" et dans lequel il était allé voir "Le Kid" de Charlie Chaplin avec son père. Une révélation pour Gad Elmaleh qui s'est dit qu'il voulait être "ce petit garçon sur l'écran".

Depuis, l'humoriste a fait du chemin. En plus du fait de ne pas être une célébrité aux États-Unis, Gad Elmaleh s'étonne et s'amuse des différences qui règnent entre ce nouveau territoire qu'il tente de conquérir et la France. "J'étais dans un restaurant à viande et quelqu'un a fait sa demande en mariage. J'étais vraiment gêné. La femme a commencé à pleurer, et je me suis dit qu'on venait de lui demander sa main dans un steak house, j'aurais pleuré également". Des différences culturelles sur lesquelles Gad Elmaleh joue pour faire rire son nouveau public pour montrer "ce que les Américains ne voient pas à propos des Américains".

Du mal avec les emojis

Célibataire depuis sa rupture avec Charlotte Casiraghi, la fille de la princesse Caroline de Monaco, Gad en profite pour s'essayer au fameux "date" américain. Après avoir téléchargé une application de rencontres "pour travailler son anglais", se justifie-t-il, l'humoriste a vécu des expériences pour le moins savoureuses: "J'ai écrit à une fille: 'Tu veux aller boire un verre?', elle m'a répondu 'Pourquoi pas?' et m'a envoyé les emojis d'une danseuse espagnole, d'un sac à main, d'un pétard, d'un singe cachant son visage et d'une aubergine. Je ne savais pas quoi répondre alors je lui ai envoyé celui d'une ambulance. Elle m'a répondu 'Çe me semble une bonne idée'".

Au sujet de Charlotte Casiraghi, Gad explique: "Elle est géniale, mais nous avions deux vies différentes. Elle est la mère de mon enfant et je ne ferais rien qui pourrait la mettre en colère", ajoutant que suffisamment de temps est passé pour en rire.

LIRE AUSSI: