Huffpost Maroc mg

Y a-t-il des espoirs de voir le Maroc remporter des médailles aux JO?

Publication: Mis à jour:
MOHAMED RABII RIO
Mohamed Rabii en lice pour la demi-finale est déjà assuré de revenir de Rio avec une médaille | Peter Cziborra/Reuters
Imprimer

SPORTS - Le compteur de médailles ne s’est pas encore ouvert pour le Maroc aux Jeux olympiques de Rio. Avec une délégation de 49 sportifs engagés dans 13 disciplines, la rançon de médailles est bien maigre à 10 jours de compétition. Avec l’élimination de plusieurs sportifs marocains, les regards se tournent désormais vers les derniers sportifs marocains en lice pour faire mieux qu’aux JO de Londres 2012, à l'issue desquels le Maroc est rentré avec une seule médaille (en bronze). Faut-il s’inquiéter pour la suite de la compétition?

Une politique sportive à réviser

Contacté par le HuffPost Maroc, Moncef Yazghi, spécialiste en politiques du sport et membre du Centre de recherche et d’études dans le domaine du sport, pointe la sous-représentativité du Maroc à ces JO. “Les résultats de ces dernières années ne sont plus à la hauteur. Il n’y a qu’à voir les performances des sportifs marocains, comparées à celles des autres athlètes lors de leur qualification pour les JO. D’un autre côté, même s’il est représenté dans plusieurs disciplines, le Maroc est absent de beaucoup autres“. Une absence qui handicape le Maroc selon l’expert, qui considère qu'"il ne faut pas espérer gagner plusieurs médailles en étant absent de beaucoup de disciplines“.

Sur ce point, le quadruple champion du monde et double champion olympique Hicham El Guerrouj reconnaît que “le niveau n'est plus le même aujourd'hui. Si nous comparons les temps d'arrivée avec ceux d'il y a une dizaine d'années, on constate que le niveau a baissé dans plusieurs disciplines“, a-t-il déclaré dans une interview accordée au HuffPost Maroc.

“Les Jeux olympiques, c’est une compétition qui se prépare longtemps à l’avance. Et au Maroc, il faut dire que nous n’avons pas de politique sportive définie. Les ministres (des Sports, ndlr) se succèdent sans véritable continuité. Chacun essaie de repartir à zéro sans véritable objectif en sport“, se désole Moncef Yazghi,

Selon l'expert, “il faut faire une évaluation de notre politique en matière de sports et corriger ce qui ne va pas. Cette évaluation permettra de définir le type de sport national que l’on veut voir émerger, c’est-à-dire un sport professionnel et de compétition“.

Mohamed Rabii déjà assuré d’avoir une médaille, Ouaddar favori

Si Hicham El Guerrouj n’a pas donné sa liste de favoris capables de faire hisser le drapeau rouge à l’étoile verte, notre analyste, lui, est confiant sur quelques noms. “Mohamed Rabbi est déjà assuré de revenir de Rio avec une médaille autour du cou“, rappelle Moncef Yazghi. Car le boxeur originaire de Sidi Bernoussi s’est qualifié en battant le Kenyan Rayton Okwiri en huitièmes de finale et l’Irlandais Steven Donnely en quarts de finale.

Malheureusement, la couleur restera de bronze. L'enfant de Sidi Bernoussi a été éliminé, ce lundi 15 août dans l'après-midi par l’Ouzbek Shakhram Giyazov. Il rentrera au Maroc, la médaille de bronze autour du cou. Les règles en boxe veulent en effet que les deux perdants des deux demi-finales soient tous les deux médaillés de bronze.

Le boxeur marocain n'aura pas réussi le challenge de faire changer la couleur des médailles en boxe pour le Maroc. ses compatriotes arrivés à ce stade avant lui, Abdelhak Achik, son frère Mohamed Achik et Taher Tamsamani ont tous été médaillés de bronze respectivement lors des JO de Séoul 1988, Barcelone 1992 et Sydney 2000.

Autre favori en vue? Moncef Yazghi, qui table sur au moins deux médailles à ce stade de la compétition, avance d’autres noms. “Il faut surveiller de très près Abdelaati Iguider, qui est pour le moment le seul favori en athlétisme. Il faudra s’attendre à une petite surprise du côté de l’équitation avec une chance de médaille pour Abdelkebir Ouaddar“. Le cavalier marocain s’est en effet qualifié aux quarts de finale du saut d’obstacle.

LIRE AUSSI: