Huffpost Maroc mg

Au Maroc, les minorités religieuses se sentent constamment surveillées

Publication: Mis à jour:
RELIGION
Au Maroc, les minorités religieuses se sentent constamment surveillées | DR
Imprimer

LIBERTÉS RELIGIEUSES - Au Maroc, les groupes religieux minoritaires se sentent constamment surveillés par les autorités. La conclusion est celle du Département américain des droits de l’Homme qui vient de publier, cette semaine à Washington, son dernier rapport sur les libertés religieuses dans le monde pour l’année 2015.

Selon les Etats-Unis, le gouvernement marocain "aurait détenu et interrogé des chrétiens marocains sur leurs croyances et les contacts qu’ils ont avec les autres chrétiens" du pays. Le Maroc refuserait également de fournir des documents administratifs aux "chrétiens locaux" ainsi qu’aux pratiquants du bahaïsme et du chiisme.

Les représentants des groupes religieux minoritaires ont dit craindre la surveillance du gouvernement, ce qui les a conduit à s'abstenir de pratiquer leurs cultes en public, estime le département américain. Ces groupes préfèrent désormais se rencontrer discrètement dans les maisons des membres de ces communautés, selon le même rapport.

Le rassemblement pro-Palestine

Ce dernier regrette également les mises en scène antisémites du rassemblement pro-palestinien, organisé le 25 octobre dernier à Casablanca. Dans des photos et vidéos qui avaient alors circulé sur internet, on pouvait voir des manifestants déguisés en religieux juifs pointés par des fusils tenus par des hommes aux visages cachés par des keffiehs.

Le Collectif des citoyens marocains contre l’incitation au meurtre des juifs au Maroc, composé de citoyens juifs et musulmans, était notamment monté au créneau pour dénoncer ces dérapages "au ton assassin" qu'il considère préoccupants "pour la sécurité physique des citoyens marocains de confession juive".

"Bien que les Juifs ont dit qu'ils ont continué à vivre leur culte en toute sécurité au Maroc, les participants à un rassemblement pro-palestinien à Casablanca en octobre dernier ont organisé un simulacre d'exécution d'individus déguisés en juifs hassidiques", rappelle le département U.S dans son rapport.

Les Américains n’ont pas également manqué de rappeler que plusieurs personnes avaient été arrêtées pendant le ramadan dernier pour avoir mangé en public.

Ce dernier note toutefois quelques points positifs sur les libertés religieuses au Maroc. Parmi eux, le fait que le gouvernement ait "permis aux communautés chrétiennes étrangères d’assister à des services religieux dans des lieux approuvés".

Le contrôle des mosquées

Aussi, "le ministère des Habous et des affaires islamiques a continué à contrôler le contenu des sermons dans les mosquées, l'enseignement religieux islamique et la diffusion de matériel religieux islamique par les médias audiovisuels". Il a également "continué de restreindre la distribution de matériel religieux non-islamique, ainsi que des matériaux islamiques jugées incompatibles avec l'école malékite de l'islam sunnite", souligne-t-on.

Le rapport rappelle enfin que la Constitution marocaine considère que le pays est un Etat musulman souverain et que l'islam est sa religion. "La Constitution garantit la liberté de pensée, d'expression et de réunion, et dit que l'Etat garantit le libre exercice des croyances à tout le monde".

LIRE AUSSI: