Huffpost Maroc mg

Réseau pédo-pornographique qui agissait au Maroc: Touche pas à mon enfant dénonce la passivité des autorités

Publication: Mis à jour:
RSEAU PDOPORNOGRAPHIQUE
Pédo-pornographie: Touche pas à mon enfant dénonce la passivité des autorités | ministère de l'Intérieur espagnol
Imprimer

PÉDOPHILIE - En milieu de semaine, la presse espagnole annonçait le démantèlement d'un réseau pédo-pornographique qui agissait en partie au royaume (LIEN). Entre 2000 et 2015, ce réseau a produit des images et des vidéos pornographiques en recrutant et en exploitant des enfants en situation précaire à Barcelone, Tortosa, Valence, au Maroc, en Europe de l'est ainsi qu'en Asie du sud-est. Une information qui a fait réagir l'association Touche pas à mon enfant

Contactée par le HuffPost Maroc, la présidente de l'association Najat Anwar regrette qu'"aucune procédure n'a été entamée par l'Etat marocain". "Aucune information n'a été diffusée au sujet du nombre d'enfants qui ont été victimes de ce réseau", ajoute la militante associative.

"Le souci avec ces affaires, c’est que nous ne pouvons être mis au courant qu’après l’arrestation des membres du réseau, et ce n’est qu’à ce moment là que nous nous trouvons face à un réseau organisé avec des CD, des photos, des ordinateurs à tendance pédophile. La justice et les autorités commencent donc à intervenir."

Le quotidien espagnol El Mundo avait rapporté que la majorité des personnes interpellées en Espagne vivaient en Catalogne. En mai 2015, un Marocain et deux Français ont été arrêtés dans le cadre de cette enquête suite à des activités suspectes dans un centre résidentiel d’action éducative destiné aux enfants à Tortosa, à 180 kilomètres au sud de Barcelone. Un établissement qui leur servait de lieu de tournage pour alimenter en photos et vidéos le réseau.

Comment fonctionnent ces réseaux?

Ces réseaux sont bien organisés, et cherchent avant tout à engranger un maximum de bénéfices: "Ce traffic engendre beaucoup de gains", explique Najat anwar. "Les auteurs de ces crimes sont prêts à tout pour diffuser au plus grand nombre d’intéressés leurs crimes ignobles et ce en utilisant des canaux classiques ou des techniques à la pointe. Cela constitue un des plus grands dossiers criminels en ce qui concerne la production de films à tendance pornographique mettant en lumière l’exploitation des mineurs dans la prostitution et la recherche du profit", précise la présidente de Touche pas à mon enfant. Cette dernière en appelle au gouvernement pour légiférer sur le sujet. "Il faut changer les lois et mettre des articles de loi qui punissent ce genre de crime, comme ils l'ont fait pour le terrorisme."

Dans un communiqué diffusé sur sa page Facebook, l'association annonce qu'elle "se porte volontaire pour représenter toutes les victimes dans cette affaire, et ce quelque soit le lieu de jugement".

LIRE AUSSI: Démantèlement en Espagne d'un réseau pédopornographique qui exploitait des mineurs dont des Marocains