Huffpost Maroc mg

Maroc: Une loi pour faire bénéficier les migrants en situation de précarité de l'assistance médicale totale

Publication: Mis à jour:
IMMIGRATION MIGRANTS MAROC RGULARISATION
REUTERS/Stringer
Imprimer

PARLEMENT - Une proposition de loi, déposée au nom des groupes parlementaires de la majorité, vise à faire bénéficier les migrants en situation de précarité de l'assistance médicale totale.

Dans l'exposé des motifs, les rédacteurs de la proposition de loi rappellent que "le Maroc a avancé dans un rythme soutenu" dans l'amélioration des conditions de vie des migrants, notamment en lançant une nouvelle politique migratoire.

De plus, si le royaume "constitue un exemple pour les pays du Sud en matière de régularisation de la situation des migrants, nombre d'obstacles font barrière à l'intégration réelle et effective de cette catégorie", poursuivent les groupes parlementaires de la majorité.

Pointant du doigt une situation "de précarité sur laquelle nous ne pouvons plus nous taire", les députés dénoncent, par ailleurs, "nombre de pratiques portant atteinte à la dignité humaine" auxquelles il convient de mettre fin. Et de signaler "des scènes choquantes et inacceptables" de femmes migrantes qui, "dans les rues et devant les hôpitaux, se font humilier et expulser en voulant accéder aux services médicaux offerts par les établissements sanitaires marocains, malgré tous leurs dysfonctionnements."

La proposition de loi, portée "par des considération plus humanitaires qu'économiques ou légales", vise à permettre aux migrants en situation de précarité, détenteurs, depuis au moins cinq ans, d'une carte de séjour au Maroc, et issus de pays auxquels le Maroc est lié par des conventions bilatérales, d'accéder à l'assistance médicale totale.

Dans sa mouture actuelle, la loi 65.00 portant code de la couverture médicale admet à l'assistance médicale totale "les pensionnaires des établissements de bienfaisance, orphelinats, hospices, ou des établissements de rééducation et de tout établissement public ou privé à but non lucratif hébergeant des enfants abandonnés ou adultes sans famille; les pensionnaires des établissements pénitentiaires et les personnes sans domicile fixe", selon l'article 118 de la loi 65.00.

LIRE AUSSI: