Index des pays fragiles: Où se situe le Maroc ?

Publication: Mis à jour:
RABAT
Index des pays fragiles: Où se situe le Maroc ? | DR
Imprimer

INDEX - Chaque année, le Fonds pour la paix, une organisation non-gouvernementale basée à Washington, publie l'index des "pays fragiles", une étude qui existe depuis 2005 et qui vise à déterminer la probabilité pour qu'un Etat soit atteint par un conflit ou qu'il fasse faillite. Tous les états membres de l'ONU pour lesquels suffisamment de données sont disponibles sont analysés.

Dans ce classement, plus la note attribuée à un pays est basse, plus sa situation est considérée comme stable par le Fonds pour la paix. Pour cette édition 2016 , le Maroc obtient le score de 74,2 et se situe au 89e rang en partant du pays le moins bien évalué, ce qui le place dans la catégorie des états où "l'alerte est élevée" d'après l'ONG. Un résultat qui n'a pas énormément évolué pour le royaume au cours de la dernière décennie puisqu'il n'a baissé que de seulement 1,8 point depuis 2007.

Au niveau mondial, les 17 nations les mieux évaluées se trouvent sur le continent européen. La Finlande obtient le meilleur résultat avec un score de 18,8. Elle est suivie de la Norvège et de la Nouvelle-Zélande qui ont respectivement obtenu des notes de 21,2 et de 21,3. Le bas du classement est quant à lui occupé par la Somalie qui a un score de 114. Elle est devancée par le Soudan du Sud (113,8) et par la république Centrafricaine (112,1).

Plusieurs facteurs socio-économiques ont été pris en compte par les auteurs de cette étude. Les différences entre les classes sociales, la pression démographique, le déclin économique, ou encore les tensions entre groupes sont autant de données qui rentrent dans le cadre de l'évaluation des pays présents dans cet index. Pour le Maroc, ce dernier point est l'un des moins bien notés, au même titre que les droits humains (libertés individuelles par exemple) et la fuite des cerveaux vers l'étranger. En revanche, le royaume s'en sort mieux en ce qui concerne la pression démographique et la sécurité.

LIRE AUSSI: