Huffpost Algeria mg

Incendies au Portugal: trois morts à Madère, un millier de personnes évacuées

Publication: Mis à jour:
INCENDIES  MADRE
Un pompier lutte contre le feu sur l'île de Madère, le 9 août 2016 | AFP
Imprimer

L'île de Madère, haut lieu du tourisme portugais surnommé la "perle de l'Atlantique", a été durement frappée mardi et mercredi par des incendies qui ont touché sa capitale, Funchal, faisant trois morts et entraînant l'évacuation d'un millier de personnes, dont des vacanciers étrangers.

"C'est le coeur serré que j'assiste à ce qui se passe à Madère (et dans d'autres régions du pays)", a réagi sur les réseaux sociaux le footballeur Cristiano Ronaldo, le plus célèbre des natifs de cette île portugaise.

"Bon courage à tous et merci aux pompiers qui risquent leur vie pour en sauver tant d'autres", a ajouté l'attaquant vedette du Real Madrid, sacré champion d'Europe avec le Portugal au mois de juillet.

Alors que la situation semblait maîtrisée à Madère mercredi soir, les feux de forêt continuaient de faire rage dans le nord du territoire continental portugais.

Lisbonne a demandé de l'aide à l'Europe en activant le Mécanisme européen de protection civile et aussitôt obtenu l'envoi d'un avion bombardier d'eau italien, qui viendra s'ajouter à deux appareils espagnols déjà à l'oeuvre dans le cadre d'un accord bilatéral entre les deux voisins ibériques.

Le Maroc s'est également dit prêt à céder deux avions Canadair supplémentaires, a annoncé par la suite la ministre portugaise de l'Intérieur, Constança Urbano de Sousa.

A Madère, les trois victimes sont décédées dans l'incendie de deux immeubles d'habitation, près des quartiers historiques de Funchal, dont le centre ville a été atteint par le feu dans la nuit de mardi à mercredi.

Un hôtel situé sur les hauteurs de la ville a été détruit et d'autres frôlés par les flammes.

"Le feu était hier soir à cent mètres de l'hôtel et des explosions de bouteilles de gaz ont retenti", a raconté mercredi à l'AFP Ricardo Correia, l'un des responsables de l'hôtel Castanheiro à Funchal.

"Nous avons évacué par précaution nos 140 clients", qui ont passé la nuit dans un stade à l'ouest de la ville, a-t-il ajouté. "La situation s'est calmée ce matin et les clients sont en train de revenir progressivement dans l'établissement".

Touristes "compréhensifs"

Situé à 500 km des côtes marocaines, l'archipel portugais de Madère accueille chaque année des milliers de touristes étrangers, dont la moitié sont britanniques ou allemands, attirés par ses paysages volcaniques et un climat habituellement doux.

Plusieurs vacanciers venus du Royaume-Uni et d'Allemagne, dont le nombre n'a pas pu être établi, ont été évacués de leurs hôtels et relogés par les autorités locales, mais aucun d'entre eux n'a été blessé, a appris l'AFP de sources diplomatiques.

"Environ mille personnes ont dû être évacuées de maisons et d'hôtels, des riverains et des touristes", puis hébergées dans le stade de Barreiros et dans une caserne de l'armée portugaise, a indiqué le maire de Funchal Paulo Cafofo.

"La situation est difficile", mais les touristes "se sont montrés compréhensifs et nous n'avons pas d'annulation de réservations", a affirmé la présidente de l'Association du Commerce et de l'Industrie de Funchal, Cristina Pedra.

Les pompiers se sont battus toute la nuit pour protéger le centre historique de Funchal, sur lequel s'est abattu un nuage de fumée dense. "Je pensais avoir déjà vécu le pire dans cette ville", se désolait une riveraine, alors que des inondations et glissements de terrain à Madère avaient fait plus de 50 morts en 2010.

Lisbonne a envoyé dans la nuit en renfort une équipe de 120 secouristes et l'archipel portugais des Açores en a dépêché une trentaine d'autres.

Arrivé sur place en début de soirée, le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa a souligné "le courage des populations, l'efficacité des secours et la solidarité dont ils ont tous fait preuve".

Le Premier ministre Antonio Costa devait se rendre sur l'île jeudi.

En proie à d'importants feux de forêt depuis le week-end dernier, la moitié nord du territoire continental restait placée jusqu'à vendredi en risque "très élevé" à "maximum" d'incendie.

Mercredi soir, près de 2.700 pompiers continuaient de combattre une douzaine d'incendies majeurs.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.