Huffpost Tunisie mg

Pour le député d'Ennahdha Maher Medhioub, "une révolution violente est à nos portes"

Publication: Mis à jour:
MEHER MEDHIOUB
Facebook/Maher Medhioub
Imprimer

Dans un statut Facebook publié sur sa page et adressé au chef du gouvernement Youssef Chahed, le député d'Ennahdha Maher Medhioub a affirmé que "Béji (en référence à Béji Caid Essebsi) est mort" et que "la révolution est à nos portes".

Dans cette lettre ouverte adressée au prochain chef du gouvernement, le député affirme que "la Tunisie est en danger, le peuple a faim et il est en ébullition", prévoyant "une révolution violente probablement cet automne".

Selon la publication, le député appelle le chef du gouvernement à ne jamais "essayer de renverser la Constitution, ni le processus démocratique" et à faire attention "aux prédateurs" qui feront partie de "la poubelle de l'Histoire".

Pour le député d'Ennahdha, Youssef Chahed doit prendre les choses en mains affirmant que Béji Caid Essesbi ne restera pas éternellement: "Béji va mourir et nous allons tous mourir" a t-il écrit avant d'ajouter: "certains pensent que tu es le candidat de la famille, d'autres du hasard...ne les écoutes pas...Fais de ton nom une gloire par le biais de ton travail, de ton honnêteté et ton alignement au peuple".

Interpellant le futur chef du gouvernement, Maher Medhioub met la pression sur Youssef Chahed: "Tu n'a d'autres choix que de réussir ou réussir" lance t-il.

Youssef Chahed a été nommé par le président de la République Béji Caid Essesbi nouveau chef du gouvernement succédant ainsi à Habib Essid, dont l'Assemblée des représentants du peuple n'a pas renouvelé la confiance.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.