Huffpost Maroc mg

JO 2016: L'incroyable règlement de compte en direct dans la natation française

Publication: Mis à jour:
NATATION JO POLEMIQUE
Les nageurs français règlent leurs comptes en direct à la télévision | France 2
Imprimer

JEUX OLYMPIQUES - Double échec au relais 4x200 m libre messieurs. Les Français ne sont pas parvenus à se qualifier pour la finale des Jeux olympiques de Rio mardi 9 août, et la cohésion de l'équipe a volé en éclats à la sortie du bassin, en direct sur France Télévisions. L'absence au départ de Yannick Agnel a en effet suscité de sévères critiques de la part de ses équipiers.

Jordan Pothain, Grégory Mallet, Lorys Bourelly et Damien Joly (7:13.71) ont réalisé le 14e temps (sur 16 équipes) des séries remportées par la Grande-Bretagne (7:06.31).

Après la course, Pothain n'a pas mâché ses mots sur l'absence d'Agnel. "On a été abandonnés par Yannick, il nous a lâchés, a-t-il déclaré au micro de France Télévisions. Il y a beaucoup de mensonges autour de ce relais." Le dernier relais a coûté cher aux Bleus: Joly a été le seul des 32 concurrents à nager en plus de 1 min 50 sec alors qu'il avait été lancé en troisième position par Bourelly.

"Ça me fout les boules"

"Cela ne devait pas se passer comme ça. C'est un relais avec un tel potentiel, ça me fout les boules...", a lancé Bourelly sur France Télévisions.

Après son élimination dès les séries du 200 m nage libre, dont il était tenant du titre, Agnel était attendu sur 4x200 m libre pour sa dernière course internationale avant la retraite. Mais il a indiqué souffrir d'une sinusite, l'empêchant de se présenter à la course. Une maladie dont ses coéquipiers semblent douter à la sortie de l'épreuve.

"Je voulais nager"

Un peu plus tard dans la journée, à Rio, Yannick Agnel a indiqué que ce n'était pas lui qui avait pris la décision de ne pas nager mardi le relais et que "souffrant ou pas", il voulait y prendre part.

"C'est la DTN qui a fait le choix de mettre Damien Joly à ma place. Souffrant ou pas, je voulais nager. Même à 40 de fièvre, je me serais défoncé", a tenu à indiquer le Français avant de poursuivre: "Ceux qui me connaissent savent que je n'ai jamais lâché personne, ni abandonné personne, et encore moins mon équipe."

"Jordan a parlé sous le coup de l'émotion et de la déception, je peux comprendre mais ce ne sont pas des paroles à prendre à la lettre. On a eu une explication derrière, ses mots ont dépassé sa pensée", a également tempéré le champion olympique de Londres, avant de conclure: "Tout le monde est un peu fautif. On s'est tous vu cet après-midi, on a crevé l'abcès, on a mis les choses à plat", a dit Agnel, qui met un terme à sa carrière internationale à Rio, à 24 ans.

LIRE AUSSI:

Close
Les premiers Jeux olympiques modernes - Athènes, 1896
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée