Huffpost Algeria mg

Erdogan triomphal : "Si le peuple veut la peine de mort, les partis suivront sa volonté"

Publication: Mis à jour:
TURKEY ERDOGAN
Turkish President Recep Tayyip Erdogan (C) greats supporters on August 7, 2016 in Istanbul during a rally against the failed military coup on July 15. Hundreds of thousands of people gathered in Istanbul for a pro-democracy rally organised by the ruling party, bringing to an end three weeks of demonstrations in support of President Recep Tayyip Erdogan after last month's failed coup. / AFP / OZAN KOSE (Photo credit should read OZAN KOSE/AFP/Getty Images) | OZAN KOSE via Getty Images
Imprimer

Le président Recep Tayyip Erdogan a de nouveau évoqué dimanche un possible rétablissement de la peine de mort en Turquie "si le peuple (le) veut", devant des centaines de milliers de Turcs, appelés à manifester "pour la démocratie" après le putsch raté.

"Si le peuple veut la peine de mort, les partis suivront sa volonté", a dit Recep Tayyip Erdogan devant des sympathisants qui scandaient "peine de mort" lors de la manifestation géante à Istanbul organisée par le pouvoir, en présence de l'opposition.

"Apparemment, il n'y a pas la peine capitale en Europe, mais ils l'ont aux Etats-Unis, au Japon, en Chine. La plupart des pays l'appliquent", a lancé le président Erdogan.

Juste avant lui, le chef d'Etat-major, le général Hulusi Akar, qui avait été brièvement enlevé par les putschistes, avait été interrompu par la foule lors de son discours aux cris de "peine de mort".

LIRE AUSSI : Impressionnante marée rouge pour la démocratie à Istanbul

Dès le surlendemain du putsch avorté, promettant d'éliminer "le virus" factieux au sein de l'État, le président Erdogan avait évoqué un possible rétablissement de la peine capitale, abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d'Ankara à l'entrée dans l'Union européenne.

Un rétablissement de la peine capitale sonnerait le glas des négociations sur une adhésion de la Turquie au bloc européen tout en aggravant l'inquiétude à l'étranger sur le non-respect de l'État de droit.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.