Huffpost Tunisie mg

Durant les 5 dernières années, plus de 300 entreprises dans le textile et l'habillement ont été fermés en Tunisie

Publication: Mis à jour:
CLOTHES TUNISIA
Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

"La crise du secteur du textile est due essentiellement, à l’inondation du marché, par les produits importés et de contrebande, vendus dans les magasins et les grandes surfaces et à la prolifération du commerce parallèle" , a indiqué Habib Hzami, secrétaire général de la fédération générale du textile, habillement et cuir et chaussures, au sein de l’UGTT.

Dans une déclaration à l’agence TAP, le responsable syndical a souligné que la production locale représente aujourd’hui 20% seulement de la marchandise exposée dans le marché local.

"L’importation anarchique sans respect du principe de quota ainsi que la prolifération de la contrebande et du commerce parallèle menacent aujourd’hui la survie de plusieurs entreprises actives dans le secteur notamment celles qui produisent essentiellement, pour le marché local" , a-t-il regretté.

"Plus de 300 entreprises actives dans les secteurs du textile, de l’habillement et du cuir et chaussures ont été fermées au cours de ces cinq dernières années et environ 40 mille employés se sont retrouvés au chômage" a t-indiqué.

Le responsable syndical a, toutefois, reconnu que malgré la crise mondiale, le secteur du textile continue de survivre en Tunisie, faisant remarquer que toutes les entreprises totalement exportatrices qui sont au nombre de 1000 (soit 50% des entreprises actives dans le secteur), ne connaissent pas de difficultés, au contraire elles réalisent des taux de croissance estimés à plus de 3% annuellement.

Plus de 300 millions de mètres carrées de tissus sont confectionnés chaque année en Tunisie puis exportés.

Le responsable syndical a ajouté que les exportations des secteurs du textile, de l’habillement et du cuir et chaussures varient entre 3 et 4 mille millions de dinars par an, soit 4% des exportations nationales, d’où l’importance, selon lui, d’élaborer une stratégie de développement pour les aider à surmonter leurs difficultés et réaliser de meilleurs taux de croissance.

"Les chiffres officiels indiquent que le secteur comptait environ 2160 entreprises contre 1800 aujourd’hui. Mais il y a nécessité de vérifier ces chiffres surtout que plusieurs entreprises qui prétendent avoir fermé, ont changé leurs noms commerciaux ou se sont implantées dans d’autres régions intérieures, pour bénéficier des avantages accordés par l’État aux investisseurs dans ces régions.

S’agissant des 40 mille agents licenciés, le responsable syndical a précisé qu’il s’agit essentiellement, d’agents contractuels (entre 17 et 20 mille personnes) qui sont remerciés à chaque fois que le secteur passe par des difficultés ou quand les commandes baissent.

Hzami a souligné que le secteur emploie environ 180 mille personnes, dont 85% sont des femmes, faisant observer que les salaires de tous ces employés doivent être relevés au minimum à 500 dinars, pour atteindre les niveaux des salaires des pays voisins.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.