Huffpost Algeria mg

Hausse quasi-générale des prix alimentaires au détail en juin dernier

Publication: Mis à jour:
MARCH EN ALGRIE
Archives
Imprimer

La vie en Algérie coûte de plus en plus chère. C'est le ministère du Commerce qui le conforme à l'Agence de presse algérienne (APS). Ainsi, les prix au détail de la majorité des produits alimentaires ont connu une hausse en juin dernier par rapport au même mois de 2015, indique-t-on de même source.

Les augmentations les plus remarquables, rapporte-t-on de même source, ont touché la tomate fraîche, les légumes secs et l'ail local.

Pour les légumes frais, on note une hausse des prix allant jusqu'à (+81,4%) pour l'ail sec local, (+44%) pour la tomate fraîche et (+41,1%) pour l'ail importé.

Des diminutions ont été, cependant, enregistrées pour l'oignon sec (-24%) et la pomme de terre ( -22,2%).

Concernant les produits d'épicerie, les prix de tous les produits ont une augmentation sensible entre les deux périodes de comparaison, pour la farine infantile (+23%), le lait en poudre infantile (+12%), la levure sèche (+8,1%), la farine conditionnée (+6,4%), le riz (+6%), le thé (+5,7%),le concentré de tomate (+5,1%), les pâtes alimentaires (+3,4%), le café (2%) et les huiles alimentaires (+0,2%).

Quant au prix au détail du lait en poudre adultes, il a reculé de 2,3%, alors que celui du sucre blanc a enregistré une stabilité.

S'agissant des légumes secs, à l'exception des haricots secs qui ont connu une diminution de 11,6%, de fortes hausses ont touché les prix des pois chiches (+46,3%) et les lentilles (+21,4%) en juin 2016 par rapport au même mois de l'année d'avant.


Pour les viandes, le prix du poulet éviscéré a baissé de 7,3% en juin 2016 par rapport à un an plus tôt. Une même tendance baissière mais très légère a été constatée pour la viande bovine locale (-1,1%) et la viande ovine locale (-0,5%), mais le prix de la viande congelée a augmenté de 2,2%.

Notable différence des prix entre les régions du pays

L'augmentation des prix n'est pas seulement constatée au niveau des revendeurs. Elle est également accentuée d'une région à une autre. Des disparités de prix substantielles ont été également souligné entre les régions du pays pour des produits alimentaires, qui s'expliquent, selon le ministère du Commerce, essentiellement par les habitudes alimentaires d'une région pour certaines denrées, les frais de transport pour les wilayas éloignées et la spécialité agricole d'une région pour ce qui concerne les légumes et fruits ainsi que les viandes.

Ainsi, le prix moyen de la pomme de terre était à 34 DA/kg dans la région de Blida en juin dernier contre 55 DA à Ouargla (différence de 21 DA), alors que la courgette coûtait 75 DA/kg sur les étals de Blida contre 104 DA à Ouargla
(différence de près de 30 DA).

Idem pour l'ail local qui valait 179 DA/kg dans la région de Sétif contre 340 DA à Ouargla (différence de 161 DA), tandis que le poivron était cédé à 75 DA/kg à Sétif contre 120 DA à Béchar (différence de 45 DA).

Le kilogramme de dattes était cédé à 404 DA à Béchar contre 668 DA à Sétif (différence de 264 DA) alors que les pommes locales ont été achetées à 189 DA par les consommateurs à Sétif contre 267 DA à Ouargla (différence de
près de 80 DA).

Même tendance pour le prix de la farine conditionnée qui est moins chère à Oran puisque vendue à 42 DA/kg contre 57 DA à Batna (différence de 15 DA).

Très prisé dans le sud du pays, le thé était vendu à 850 DA/kg à Ouargla contre 387 DA à Annaba (une différence de près de 470 DA).

Quant aux viandes, le kilogramme de l'ovine locale se vendait à 1.244 DA/kg à Ouargla contre 1.431 DA à Alger (différence de 187 DA). La viande bovine locale, quand à elle, était cédée à 830 DA/kg à Béchar contre 1.356 DA à Oran (différence de près de 530 DA), tandis que le poulet éviscéré était cédé à 260 DA/kg à Annaba contre 337 DA à Béchar (différence de près de 80 DA).

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.