Huffpost Maroc mg

Sahara: Ce que coûte la Minurso à l'ONU

Publication: Mis à jour:
MINURSO
Sahara: Ce que coûte la Minurso à l'ONU | DR
Imprimer

SAHARA - La mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) coûte cher à l’Organisation des Nations unies (ONU). Selon un rapport relayé cette semaine par le site de la Heritage Foundation, un laboratoire d'idées et lobby américain basé à Washington, on apprend que les Nations unies ont dépensé pas moins de 1.255.915.013 dollars américains au Sahara, soit plus de 12 milliards de dirhams.

Une somme colossale qui fait de la Minurso, opérationnelle depuis 1991, la 20e mission onusienne pour le maintien de la paix dans le monde en termes de budgets consacrés par l’ONU aux différentes régions concernées.

C’est la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) qui occupe la première position du classement, avec plus de 20 milliards de dollars, suivie de l'Opération des Nations unies au Congo (ONUC) avec plus de 17,5 milliards, puis de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) avec 9,5 milliards de dollars.

onu


En mars dernier, le Maroc avait décidé l’expulsion des 83 membres qui constituaient la composante civile et politique de la Minurso. Cette expulsion s’est faite dans le sillage de la crise entre le Maroc et le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon.

Une partie de la mission onusienne est néanmoins de retour au Maroc depuis juillet dernier. Un retour qui s’est fait en application de la résolution 2285 votée en avril dernier par le Conseil de sécurité de l’ONU, qui réclamait le rétablissement de la Minurso dans la plénitude de son mandat dans un délai de 90 jours. La résolution prolongeait également d’un an le mandat de cette la Minurso.

Alors que l'agence de presse du Polisario (SPS) rapportait que la totalité des 83 membres des composantes civile et politique de la Minurso retourneront incessamment au Maroc, des sources marocaines ont déclaré que pour l'instant, seuls 25 de ses membres ont obtenu le feu vert pour retourner au Maroc, et que les négociations se poursuivaient afin de décider du retour, ou non, de la totalité des membres de la Minurso.

LIRE AUSSI: