Huffpost Maroc mg

La DGSN dément avoir autorisé les policiers à tirer davantage sur les suspects dangereux

Publication: Mis à jour:
ARME DE SERVICE
La DGSN dément avoir autorisé les policiers à tirer davantage sur les suspects dangereux | DR
Imprimer

POLICE – Un démenti formel. Dans le sillage de la campagne #Zéro_Grissage, certains de nos confrères avaient indiqué que la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) avait donné des instructions à ses agents de faire davantage usage de leur arme de service dans le cadre de la lutte contre la criminalité.

Dans un communiqué diffusé ce vendredi 5 août, les services d’Abdellatif Hammouchi ont démenti cette information et apporté des précisions. Parmi celles-ci, “l’utilisation des armes de service obéit à des règles juridiques et organisationnelles fermes qui définissent avec précision, le cadre légal ainsi que les conditions objectives et professionnelles de cette démarche“, indique le communiqué.

Sans exclure le recours à l’arme de service, le communiqué précise que “l’utilisation des armes de service est essentielle et est liée à la nature de la mission de la police, en vue d’assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens ou le maintien de l’ordre public“. Cet usage de l’arme de service “ne peut donc faire l’objet d’instructions ou de mesures particulières".

En conséquence, “la DGSN dément toute instruction à ses services concernant le sujet précité à l’exception de celle relative à l’utilisation appropriée des armes de service“.

Ces dernières semaines, plusieurs internautes se sont mobilisés en lançant sur les réseaux sociaux une campagne qui appelle à lutter contre l'insécurité, sous le hashtag #Zéro_grissage (en référence à la campagne #ZéroMika contre les sacs plastique), grissage voulant dire "agression physique" en darija. Depuis, les services de police multiplient les communiqués annonçant des arrestations dans le cadre de la lutte contre la criminalité.

LIRE AUSSI: